Crédit photo en-tête de page : SNCF

Dix TGV médicalisés depuis le 26 mars

Après un premier trajet le 26 mars, neuf TGV médicalisés supplémentaires ont transporté au total 202 patients atteints par le Covid-19, à ce stade, à travers le pays. Retour sur la première circulation.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 3 min.

Vidéo : Le défi collectif du TGV médicalisé en version longue

Un jour de préparation et un jour de transfert

Le matériel médical et le personnel soignant ont rejoint la rame stationnée en gare de Paris Est mercredi 25 mars dans l’après-midi.

Jeudi 26 mars, les malades sont acheminés vers le TGV à partir de 6h, pour un départ vers 11h. Un premier groupe se rend jusqu’à Angers, où le train est attendu vers 15h30. Les autres malades prendront la direction de Nantes, où ils arriveront vers 18h30.

Toute la SNCF mobilisée

Toute la SNCF s’est mobilisée après avoir reçu une demande formelle des autorités le lundi 23 mars.

Les équipes de SNCF Réseau ont tracé spécialement les sillons nécessaires à la circulation de ce train, qui mobilise les axes TGV Est et Atlantique.

À Paris-Est, l’avitaillement du train a été assuré par les agents de l’Escale, tandis que les équipes de la Sûreté ont supervisé l’installation des équipes soignantes et le chargement de l’équipement médical. La Suge assure également la sécurisation de la rame durant son stationnement nocturne, et le transfert des malades et des soignants en gare, où un balisage est effectué avec l’aide des agents de Gares & Connexions. Un agent de manœuvre assurera la mise à quai à Angers, où un rebroussement du train est nécessaire.

Un agent de conduite, relayé à Massy, un cadre Traction et deux chefs de bord sont présents dans le train. Ils sont épaulés par deux agents de conduite du pôle d’appui conduite TGV. Par ailleurs, les malades étant équipés de respirateurs, un dépanneur électrique du Technicentre Est Européen (TEE) participe au voyage afin de veiller à l’alimentation électrique de la rame. Ces agents voyagent dans la rame non médicalisée de ce TGV en unité multiple afin d’éviter au maximum les contacts avec les soignants et les malades. Les agents disposent de l’ensemble des équipements de protection (masques, combinaisons, lunettes…) qui leur seraient nécessaires en cas de situation d’urgence. À son retour de Nantes, le train sera entièrement décontaminé.

En savoir plus sur les trains médicalisés dans l'histoire des chemins de fer

Les TGV médicalisés en chiffres

  • 10 TGV "Chardon" ont circulé depuis le 26 mars
  • Ils ont transporté au total 202 patients
  • Le surnom de Chardon provient du symbole de la Lorraine « Qui s'y frotte, s'y pique », en référence aux épines du chardon.

TGV médicalisé : l'arrivée à Nantes

Christophe Fanichet, président-directeur général de SNCF Voyageurs

«Parce que nous sommes une grande entreprise de service public, la SNCF se mobilise pour donner le meilleur d'elle-même et répondre présent quand on a besoin d'elle, dans les bons moments comme dans les périodes difficiles. Les équipes SNCF démontrent une nouvelle fois leur sens du devoir et leur capacité à travailler ensemble pour permettre la circulation de ce train. Je les en remercie vivement».

Vidéo : Dans les coulisses du TGV médicalisé