Crédit photo en-tête de page : Maxime Huriez

TGV se fait refaire le nez

Un nouveau nez de TGV aérodynamique a été mis en place pour la première fois ce jeudi 15 avril matin, au technicentre Atlantique. Un premier test en service commercial est prévu dès ce week-end, sur l'axe Atlantique.

Mis à jour le

Lecture 3 min.

L'équipe Structures du Pôle aménagement mécanique du technicentre Atlantique a procédé ce matin au montage en test d'une nouvelle étrave. Ci-dessus, retour en images sur les principales étapes de cette opération.

TGV : un nouveau nez aérodynamique

  • Au premier plan, le nez du TGV 877, avec la nouvelle étrave «rentrante», plus aérodynamique. Visible au second plan sur le TGV 826, l’étrave remplacée comporte un «retour» qui offre plus de prise au vent.

Un nouveau nez plein d'atouts

  • Moins de prise au vent, donc une consommation d'énergie réduite
  • Plus de résistance aux chocs légers, grâce à l’utilisation de nouveaux matériaux composites
  • Une meilleure disponibilité des rames et des ressources

Au total, cette innovation doit permettre d'éviter l’émission de 537 tonnes de CO2 par an, et de diminuer d’environ 30% le nombre d’étraves déposées. Elle concerne toutes les motrices de types deux niveaux actuellement en circulation, soit 250 rames TGV. Le gain pour l'entreprise est estimé à 640 000 € par an, soit 560 000 € en économie d’énergie et 80 000 € d’économie de dépose d’étraves. Une opération 100% gagnante donc, d’autant que ce nouveau nez économe et durable ne coûte pas plus cher qu’un nez classique. 

Les étraves seront changées en remplacement des pièces accidentées ou lors d'opérations mi-vie, avec pour objectif de renouveler 95% des nez des motrices du parc TGV à deux niveaux d’ici 2028.

2 ans et demi de travail préparatoire en intermétiers

Le projet, intitulé Coca (Carénage optimisé pour les chocs et l’aérodynamisme), est le fruit d’une collaboration d'une trentaine d'experts SNCF issus du Centre d’ingénierie Grand Est Bischheim, du Centre d’ingénierie du Matériel (sites du Mans et de Rouen Quatre-Marres), du technicentre Atlantique, de la direction de la Traction et de l’Agence d’essai ferroviaire, sous le copilotage de la Direction des opérations industrielles de SNCF Voyages et de la direction Innovation & Recherche.