Crédit photo en-tête de page : Alex Profit

Quand le train aide à sauver des vies

En 2018, près de 1 000 organes destinés à être greffés en urgence ont été transportés par la SNCF. Ces greffons sont confiés aux chefs de bord.

Publié le

C’est à chaque fois une course contre la montre. Pour les greffes de rein, de foie, de cœur et autres organes humains, chaque minute compte. Or du prélèvement à la transplantation, il y a parfois du chemin à parcourir entre deux hôpitaux. Pour effectuer le trajet, ces greffons prennent régulièrement le train.

Ils sont transportés bénévolement par la SNCF qui, grâce à son maillage unique du territoire et à la fréquence de ses circulations, représente un moyen idéal pour faire parvenir ces précieux colis à bon port, en temps et en heure. En vertu d’une convention signée en 2010 avec l’Agence de biomédecine, les greffons sont confiés aux chefs de bord.

"Sans la SNCF, nous n’aurions pas l’un des meilleurs taux de greffe de rein d’Europe", déclare le Docteur Olivier Huot, directeur du pôle national de répartition des greffons - Agence de la biomédecine.

Don d'organes : le saviez-vous ?

Selon la loi, chacun de nous est un donneur présumé d’organes et de tissus à moins qu’il ait exprimé de son vivant le refus d’être prélevé. Il n’existe pas de registre du « oui ». Ainsi, la personne qui consent au don de ses organes en vue de greffes n’a aucune démarche officielle à faire. Ce n’est qu’en cas d’opposition qu’il convient de faire connaitre son refus de prélèvement.

Consulter le site du don d'organes

Vidéo : Quand le train aide à sauver des vies