Crédit photo en-tête de page : Shutterstock

Petit mais costaud, le rivet métallique, notre pièce indispensable

Derrière la construction de bon nombre de nos ponts ferroviaires et de nos gares se cache une pièce de métal dont la fabrication requiert un savoir-faire bien précis. Explications.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 2 min.

Savez-vous quel est le point commun entre la gare de Lyon, nos 7000 ponts et la Tour Eiffel ? Le rivet ! Regardez bien quand vous prenez le train, cet objet anodin est tout autour de vous. C’est en effet sur cette pièce de métal inventée il y a 150 ans que repose la structure de bon nombre de nos ponts ferroviaires ainsi que de nos gares. Et Gustave Eiffel s’en est lui aussi servi pour édifier sa fameuse tour…

Un rivet, c’est quoi ?

Le rivet est une petite pièce, en forme d’une tige cylindrique avec un côté bombé. À la fois simple à fabriquer et particulièrement robuste, il sert à l’assemblage de deux éléments métalliques. Sa fabrication nécessite cependant une technique spécifique, appelée le rivetage à chaud.

Dans un four portable positionné près du chantier, on chauffe le rivet à 1100 degrés, jusqu’à ce qu’il soit d’une couleur appelée « rouge cerise ». Une fois chauffée, la tige est positionnée dans un trou entre les deux plaques qu’on veut joindre ensemble. Et là, un ouvrier frappe la pièce avec un marteau spécial pour la déformer. La bosse créée va permettre de fixer les éléments en refroidissant avec une force énorme, rendant la structure très solide.

C’est parce que le rivet est à la fois robuste et léger qu’il a été largement utilisé pour construire des ponts métalliques, dont certains font partie du patrimoine, comme le viaduc de Garabit, édifié également par Gustave Eiffel.

La SNCF fait partie des rares entreprises en France à continuer d’utiliser cette technique, grâce aux équipes de réparation des ponts métalliques, qui entretiennent les rivets sur nos ponts, mais aussi dans nos gares.

Ce sujet nous a été inspiré par le Twitto @BB27000, conducteur au PAC-TER chez SNCF.

  • 1100

    degrés, la température à laquelle on chauffe le rivet

  • Il faut 4 personnes pour fabriquer cette pièce

  • 2,5

    millions, le nombre de rivets sur la Tour Eiffel

  • 678 768 rivets sur le viaduc de Garabit