Crédit photo en-tête de page : Arnaud Février

4,7 milliards d'euros pour relancer et développer le ferroviaire

Le groupe SNCF a été touché de plein fouet par la crise sanitaire. Pourtant, face aux urgences climatiques et territoriales actuelles, le train représente une alternative incontournable aux transports routier et aérien. C’est dans cet esprit que le plan « France relance » annoncé par le gouvernement le 3 septembre alloue 11,5 Mds€ aux transports, dont 4,7 Mds€ dédiés au soutien du secteur ferroviaire. Au programme : des investissements et des aides pour le ferroviaire.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 6 min.

C'est un travail que l'on conduit avec le gouvernement depuis des mois, je suis vraiment satisfait que l'exécutif nous ait entendus. Il a confiance dans le ferroviaire, il a confiance en nous, et j’ai confiance en notre capacité collective à relancer et développer le ferroviaire et donc la SNCF.

Jean-Pierre Farandou, président-directeur général de la SNCF

Il y a un an, la promulgation de la loi d'orientation des mobilités (LOM) marquait la volonté des pouvoirs publics de régénérer le réseau ferroviaire national et d’améliorer les transports du quotidien. Le plan de relance de 100 milliards d’euros, annoncé en septembre dernier par le gouvernement, va permettre non seulement d'accélérer mais d'aller encore plus loin : sur les 11,5 Mds€ accordés aux transports, le soutien au secteur ferroviaire atteint 4,7 Mds€, réaffirmant ainsi le rôle central du train dans la relance durable de l’économie française au bénéfice de tous les territoires. 

« On peut faire beaucoup de choses », a estimé Jean-Pierre Farandou. Et d’ajouter : « Il y a vraiment matière à financer une vraie politique de développement du ferroviaire dans le pays ». En accord avec le gouvernement, le PDG de la SNCF a donc fixé les grandes priorités : régénération du réseau, accessibilité des gares, sauvegarde des petites lignes, développement du fret ferroviaire et relance des trains de nuit.

Dans cette perspective, la répartition des 4,7 milliards d’euros est celle-ci :

Crédits budgétaires

  • 250 M€ en faveur de la rénovation du réseau de fret ferroviaire
  • 300 M€ en faveur des lignes de dessertes fines du territoire
  • 100 M€ pour la relance de deux lignes de trains de nuit

Augmentation de capital

  • 3,8 MDS€ pour sécuriser la trajectoire d’investissements de SNCF Réseau
  • 250 M€ liés à l’intégration de 14 petites lignes dans le réseau structurant

Pour en savoir plus sur le plan de relance

Régénération du réseau : ce que change le plan de relance

Premier point : selon la loi Didier adoptée en 2014, SNCF Réseau financera la mise en sécurité des ponts qui permettent à une voie de communication, appartenant à une collectivité locale, de franchir une infrastructure ferroviaire. Ce dispositif s'appliquera en fonction du potentiel fiscal de la collectivité concernée et fera l'objet de conventions négociées avec le gestionnaire de l'ouvrage concerné.

Deuxième point : SNCF Réseau doit traiter la végétation aux abords des voies. Le glyphosate, interdit en 2021, sera donc remplacé par une politique de substitution (nouveaux composants chimiques, nouvelles méthodes mécaniques, éco-pâturage, ensemencement...) plus respectueuse de la biodiversité et de l'environnement, mais aussi plus chère.

Troisième point : les lignes de desserte fine du territoire (LDFT) représentent 42% du linéaire total du réseau ferroviaire français. Si les 2/3 des lignes accueillent moins de 20 trains par jour, la moitié du trafic fret l’emprunte en tout ou partie. La LOM clarifie les règles de gouvernance et de financement des lignes de desserte fine, avec :

  • 14 lignes qui passent sur le réseau structurant, le plus circulé, en raison de leur usage, à compter de 2024
  • la possibilité pour les Régions de demander le transfert de l’infrastructure ferroviaire des lignes d'intérêt local et régional.

Pour en savoir plus

  • Le réseau a un âge moyen de 30 ans sur le territoire français
  • La régénération, ce sont les opérations de renouvellement de l’infrastructure (voie, caténaire, signalisation) avec, quand les technologies en place sont obsolètes, leur remplacement par les technologies actuelles (dans le domaine de la signalisation notamment).
  • 1,5 Md€ représente 1 000 km de voies renouvelés, ou encore 2500 aiguillages.

Les principaux chantiers de 2021

Les principaux chantiers de 2021

Carte des principaux chantiers de 2021

Les trains de nuit

Écologiques et pratiques, les trains de nuit sont une solution de plus en plus plébiscitée pour voyager à travers la France et l’Europe. Ils sont aussi une réponse aux besoins de desserte de territoires enclavés.

Avec le plan de relance gouvernemental, les trains de nuit prennent un nouvel élan, avec la création de deux nouvelles lignes.

SNCF Voyageurs est mobilisé pour réinventer un modèle de voyage en train de nuit qui réponde aux attentes d’aujourd’hui en matière d’offre, de confort à bord et de qualité de service.

Le réseau de trains de nuit s’étoffe dès 2021

Les trains de nuit Intercités sont opérés par SNCF Voyageurs pour le compte du ministère des Transports, qui est l’autorité organisatrice des trains d’équilibre du territoire (TET).

Deux lignes sont exploitées quotidiennement, empruntées par près de 400 000 voyageurs chaque année (2019) :

  • Paris – Briançon 
  • Paris – Latour de Carol (cette ligne dessert notamment Toulouse avec une prolongation sur 3 branches : Rodez – Albi, Latour-de-Carol et Cerbère - Port-Bou)

Dans le cadre du plan de relance, le gouvernement mobilise 100 millions d’euros pour relancer dès 2021 deux nouvelles lignes de nuit supplémentaires :

  • Paris – Nice (à partir d’avril 2021)
  • Paris – Tarbes (d’ici fin 2021)

Des trains rénovés pour un meilleur service

Pour assurer l’ouverture de ces deux nouvelles lignes, 51 voitures de train de nuit font l’objet d’un programme de remise à niveau, grâce aux 100 millions d’euros du plan de relance gouvernemental qui viennent financer ces travaux ainsi que l’adaptation des installations de maintenance. Cette remise à niveau est assurée dans les technicentres industriels Charente-Périgord (TICP) à Périgueux et Picardie à Tergnier. 
 

Sur le site de Périgueux, est également engagé à la demande du ministère des Transports un programme de rénovation de l’ensemble des voitures Intercités de nuit 1re et 2de classe des lignes Paris-Briançon et Paris-Latour de Carol. À la clé, de nombreuses avancées concrètes pour le confort et les services aux clients : une meilleure insonorisation, des couchettes, liseuses et tablettes entièrement refaites, connexion wifi, centrale d’alarme incendie, nouveaux points d’eau et toilettes, etc. Les voitures rénovées commenceront à entrer en service à partir de fin 2022 et durant l’année 2023.

Vers un nouveau réseau européen de trains de nuit

Le train est aussi une nouvelle façon de voyager à travers l’Europe, à un autre rythme tout en protégeant la planète. En décembre 2020, SNCF Voyageurs et les opérateurs allemand DB, autrichien ÖBB, et suisse CFF, ont uni leurs forces pour développer une offre de liaisons européennes. Sous la marque Nightjet, seront notamment proposés les trains de nuit :

  • Paris – Vienne (dès décembre 2021) 
  • Paris – Berlin (fin 2023)

Voyager en Europe à bord des trains de nuit

Voyager en Europe à bord des trains de nuit

Nouvelles lignes Nightjet à partir de 2021

Cette image est intitulée « Nouvelles lignes Nightjet à partir de 2021 ». Elle présente, sous la forme d’une cartographie de l’Europe de l’ouest, une sélection des futures liaisons ferroviaires de nuit qui seront ouvertes entre décembre 2021 et décembre 2024, opérées par la marque Nightjet (SNCF Voyageurs et les opérateurs allemand DB, autrichien ÖBB et suisse CFF).

Ouverture en décembre 2021 des liaisons de nuit :

  • Zurich – Amsterdam
  • Vienne – Paris

Ouverture en décembre 2022 de la liaison de nuit :

  • Zurich – Rome

Ouverture en décembre 2023 des liaisons de nuit :

  • Berlin – Paris
  • Berlin – Bruxelles

Ouverture en décembre 2024 de la liaison de nuit :

  • Zurich – Barcelone

Les relations ferroviaires actuelles suivantes sont également recensées :

  • Hambourg – Munich et Munich – Hambourg
  • Berlin – Vienne – Venise et Venise – Vienne – Berlin
  • Zurich – Graz et Graz – Zurich
  • Milan – Venise et Venise – Milan

L'accessibilité des gares

Le plan de soutien au secteur ferroviaire inclut un volet de 120 M€ dédié à l’accélération des travaux de mise en accessibilité des gares. Les échanges entre SNCF Gares & Connexions et la direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM) depuis septembre 2020 ont permis d’identifier les gares et opérations concernées par ces travaux et de définir un calendrier cible, ainsi que les ressources techniques et financières à mettre en place pour atteindre les objectifs ainsi fixés. Sur cette base, il est prévu un engagement financier supplémentaire de l’État de 70M€ sur la période 2021-2022, et de 50 M€ après 2023.

Téléchargez la carte des chantiers accessibilité