Les lauréats du Prix SNCF du Polar 2018

Le palmarès du Prix SNCF du Polar 2018 est enfin révélé. Roman, bande dessinée et court-métrage… Trois catégories, trois lauréats !

Vidéo : La 18e Cérémonie des PRIX SNCF DU POLAR

Le Prix SNCF du Polar

Le Prix SNCF du Polar est le premier prix littéraire décerné à 100% par le public. Cette année, vous avez été 44 000 à voter pour désigner vos œuvres préférées.

Lauréat 2018, catégorie Roman

« Toutes les vagues de l’océan » de Victor del Arbol, Actes Sud, collection Babel Noir »

Le résumé

Gonzalo Gil reçoit un message qui bouleverse son existence : sa sœur, de qui il est sans nouvelles depuis de nombreuses années, a mis fin à ses jours dans des circonstances tragiques. Et la police la soupçonne d’avoir auparavant assassiné un mafieux russe pour venger la mort de son jeune fils. Ce qui ne semble alors qu’un sombre règlement de comptes ouvre une voie tortueuse sur les secrets de l’histoire familiale et de la figure mythique du père, nimbée de non-dits et de silences. Une admirable fresque dans un XXe siècle dantesque, porteur de toutes les utopies et de toutes les abjections humaines.

Víctor del Árbol

Né en 1968 à Barcelone, Víctor del Árbol est un romancier espagnol, auteur de livres policiers. De 1992 à 2012, il travaille comme fonctionnaire dans la police régionale catalane et amorce une carrière d'écrivain en 2006 avec la publication du roman « El peso de los muertos ». C'est toutefois la parution, en 2011, de « La Tristesse du samouraï  », traduit en une douzaine de langues et best-seller en France, qui lui apporte la notoriété. Pour ce roman, il remporte plusieurs distinctions, notamment le Prix du polar européen 2012.

Vidéo : Delphine nous parle de “Toutes les vagues de l’océan” de Víctor del Árbol

Lauréat 2018, catégorie Bande dessinée

« Bâtard » de Max de Radiguès, Casterman

Le résumé

Quelque part dans le sud-ouest des États-Unis, de nos jours… May et son fils Eugène tracent la route, le coffre de leur voiture plein de sacs de billets de banque. Ils viennent juste de participer à un « coup » exceptionnel : 52 braquages simultanés, le même jour, à la même heure, dans la même ville. La police, prise complètement au dépourvu, n’a rien pu faire ! Mais après quelques jours, on commence à retrouver certains braqueurs ou plutôt leurs cadavres… La cavale prend alors une toute autre tournure. May et Eugène se retrouvent poursuivis par quelques survivants de leur propre bande, qui veulent garder l’ensemble du butin pour eux seuls.

Max de Radiguès

Né en 1982, Max de Radiguès vit et travaille à Bruxelles. Il a signé de nombreux titres, certains prépubliés en fanzines, et a également participé à plusieurs ouvrages collectifs. En janvier 2017, il signe « La Cire moderne » avec Vincent Cuvellier au scénario.

Vidéo : Mathilde nous parle de “Bâtard” de Max de Radiguès

Lauréat 2018, catégorie Court métrage

 « Speed dating » de Daniel Brunet et Nicolas Douste, AS&M Prod

Le résumé

Il a négocié avec les plus dangereux terroristes. Cette fois, il affronte la pire situation : il a sept minutes pour la séduire, sinon elle explose...

Daniel Brunet et Nicolas Douste

Nés tous deux en 1977, Daniel Brunet et Nicolas Douste se rencontrent à Aix-en-Provence en juin 2000 lors d’un festival vidéo étudiant. Nicolas emporte le prix du jury avec « Versus », film d’action de 8 minutes tandis que Daniel gagne celui du public avec « Vampyrus », une comédie muette, parodie absurde de Nosferatu. Depuis, ils ne se quittent plus ! « Speed Dating » est leur quatrième collaboration.

Vidéo : Visionnez la bande-annonce