Crédit photo en-tête de page : Yann Audic / SNCF

Notre espace Polar SNCF a attiré des milliers de passionnés de BD

Des dessins en direct, des rencontres, des concerts… Cette année encore, vous êtes venus en nombre dans notre espace Polar SNCF. Retour sur ces instants privilégiés pendant le festival d’Angoulême.

Les amateurs d’émotions fortes au rendez-vous

Le Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême s’est achevé dimanche 27 janvier. Les férus de BD étaient nombreux au rendez-vous de cette 46e édition qui a célébré le 9e art sous toutes ses formes. Et dont le palmarès a mis à l’honneur des femmes, puisque c’est l’Américaine Emil Ferris qui a reçu le Fauve d’or du meilleur album de bande dessinée pour « Moi ce que j’aime, c’est les monstres ». Tandis que la reine du manga Rumiko Takahashi, autrice notamment de « Ranma1/2 », a reçu le Grand prix du festival.

Du côté de notre espace Polar SNCF, 17 000 fans de suspense sont venus dévorer les bandes dessinées en libre accès, assister à des concerts, rencontrer les auteurs, et même les admirer à l’œuvre lors de moments riches en émotions.

La 46ᵉ édition vue de l’intérieur

François Objois, responsable du pôle culture SNCF, partage avec nous 3 moments marquants de cette 46e édition.

Un duel en bulles qui se transforme en spectacle

« Le duel de dessinateurs entre Alex W Inker et Anthony Pastor était vraiment réjouissant. Tous deux se sont pris au jeu de la joute graphique. On leur avait fourni des micros pour qu’ils commentent ce qu’ils faisaient en direct et ils s’en sont servis pour s’asticoter mutuellement, et faire un vrai show en impliquant les spectateurs. C’était un moment vraiment divertissant pour tout le monde, les participants et le public dans la salle. »

La remise du Fauve Polar SNCF

« Lors de la remise de notre prix, j’ai été bluffé par l’enthousiasme, la simplicité et le talent de Julien Lambert – l’auteur de “VilleVermine Tome 1, L’homme aux babioles” – qui, par ailleurs, a participé de bon cœur aux animations de notre espace. Une rencontre enrichissante. »

Une cérémonie irrévérencieuse

« Passage obligé du festival, la remise des prix s’est révélée savoureuse car les lauréats venus chercher leur prix n’avaient pas la langue dans leur poche cette année. Ce fut le cas notamment avec les éditeurs des “Travaux d’Hercule de Gustave Doré”. La fraîcheur et la sincérité d’Emilie Gleason, récompensée pour sa BD sur un jeune homme atteint du syndrome d’Asperger qui lui a été inspirée par son propre frère, m’ont également beaucoup ému. C’était une cérémonie tout sauf ronflante. »

  • À l’espace Polar SNCF, on mène l’enquête

  • Un concert de l’Orchestre Philharmonique de Radio France

  • Une fresque à l’encre de chine de 3 mètres sur 1,40 mètre a été réalisée

  • Le Fauve Polar attend la remise des prix

  • La bande dessinée de Julien Lambert « VilleVermine Tome 1, L’homme aux babioles » a convaincu le jury

  • Le rendez-vous des Hercule Poirot en herbe

  • Les passionnés de BD étaient là en famille

  • Les dessinateurs se sont affrontés lors de duels en live

  • Un aperçu de la fresque réalisée à quatre mains

1/9

Vidéo : Les conseils livres de DOA | FIBD 2019

« La gare de la BD »

Cette année, les festivaliers arrivant en gare d’Angoulême ont été accueillis par Spirou, Blake et Mortimer, les Schtroumpfs et bien d’autres.

Statues grandeur nature, fresques, vitrophanies et contre-marches évoquant les personnages les plus emblématiques de la bande dessinée agrémentent désormais l’intérieur de la gare ainsi que ses abords. Quant au Fauve Polar, avec son imperméable et son chapeau reconnaissables, il côtoie l’obélisque installé en 2017 en hommage aux héros imaginés par Goscinny.

Grâce à Gares & Connexions et à l’engagement de plusieurs éditeurs comme des différentes collectivités, le 9e art est maintenant à l’honneur toute l’année à Angoulême.