Des TER hybrides bientôt dans vos gares

Dès 2021, le 1er Régiolis hybride circulera en conditions réelles. Un train plus économe en énergie mais également moins bruyant grâce à l’utilisation de batteries de grande capacité.

Une rame de TER Régiolis modifiée

Moins polluant, moins bruyant et moins coûteux, le train hybride sera bientôt une réalité. Après une phase de tests, les premiers TER combinant l’électrique, le diesel et les batteries entreront en gare dès 2021. Développé par Alstom, partenaire du projet avec les régions Grand-Est, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, ce train nouvelle génération va être fabriqué à partir d’une rame de TER Régiolis modifiée.

Mot à mot

« Aucune autre solution ne permet à court terme de tels gains sur le matériel en exploitation : une réduction de 20 % de l’énergie consommée et de l’émission des gaz à effet de serre ».

Franck Lacroix, Directeur général TER.

Comment fonctionne le train hybride ?

Le train hybride utilise plusieurs sources d’énergie en fonction des situations :

  • alimentation électrique par caténaire
  • moteurs thermiques
  • énergie stockée dans les batteries

Dans chaque rame, la moitié des moteurs diesel est remplacée par des batteries lithium-ion de grande capacité. Celles-ci récupèrent l’énergie de freinage afin de la réutiliser pour faire avancer le train. Grâce à elles, plus besoin d’utiliser de traction diesel aux abords des gares, source de pollution comme de bruit.

16,6 millions d’euros investis dans cette expérimentation

Le train plus propre que la voiture

Le saviez-vous ? Le train pollue cinq fois moins que la voiture. En moyenne, un train TER émet, en effet, 30,7g de CO₂/km. En préférant ce moyen de transport, vous contribuez à une réduction de 10 millions de tonnes de carbone émis par an. L’objectif du groupe SNCF est d’améliorer sa performance énergétique de 20 % et sa performance « carbone » (GES) de 25 %.