Crédit photo en-tête de page : SNCF

Des TER qui roulent au colza pour sortir du diesel

Remplacer le diesel par du biocarburant B100 et réduire les émissions de gaz à effet de serre d’environ 60% : telles sont les promesses d’une expérimentation effectuée sur le TER Normandie. Une première en France.

Publié le

Lecture 3 min.

Comment sortir du diesel, encore responsable de 61% des émissions de CO2 de nos trains régionaux, sur les parties non électrifiées du réseau ferré ? Outre le développement du « TER à batteries » et du TER hybride, ainsi que l’arrivée prochaine des trains à hydrogène, une nouvelle innovation est actuellement testée sur nos lignes.

Ainsi, jusqu’en juin prochain, nous lançons une expérimentation en service commercial du biocarburant B100, issu à 100% de la filière française du colza1, sur 15 rames Régiolis de la ligne Paris-Granville. Fruit d’un partenariat avec la Région Normandie, cet essai est d’autant plus intéressant que 80% de cette ligne de TER est encore en mode diesel.  

Première en France : un TER roule au colza

15

rames Régiolis roulent au colza, d’avril à juin, sur la ligne Paris-Granville.

Aucune modification des moteurs

L’un des grands avantages de cette innovation est qu’elle n’impose aucune modification de la motorisation des trains roulant au gazole, tout en garantissant une réduction des gaz à effet de serre d’environ 60%.

Dès lors, la phase expérimentale poursuit deux objectifs principaux. Elle doit permettre d’appréhender : 

  • l’autonomie des trains lorsqu’ils circulent au carburant B100
  • le fonctionnement du matériel roulant en observant le comportement du moteur thermique

La traçabilité des opérations de maintenance curative et préventive est aussi analysée.

En savoir plus sur la maintenance préventive 

60 %

d’émissions de gaz à effet de serre en moins par rapport au gazole

Comment ça marche ?

Autre atout de cette innovation, le remplacement du diesel par le B100 ne change aucunement la manière de faire le plein. La seule et unique différence ? Du biocarburant dans les cuves à la place du gazole. En conséquence, les gestes métiers de nos « remiseurs-dégareurs », en charge des Régiolis lors de leur retour au dépôt, demeurent identiques.

Avec « PlaneTER », plus de trains, moins de CO₂

L’expérimentation des Régiolis roulant au biocarburant B100 s’inscrit dans le vaste plan de baisse d’émissions de CO2 de nos trains régionaux, alors que le diesel représente encore 26% de l’énergie consommée par nos TER. Baptisée « PlaneTER », cette démarche de réduction de l’impact environnemental passe, notamment, par le développement de nouvelles rames innovantes : TER hybride, train à hydrogène, train aux biocarburants et « TER à batteries ».

En savoir plus sur « PlaneTER »

1000 litres de biocarburant utilisés, c’est 900 litres de gazole économisés

Les grandes étapes

  1. 2018

    2018

    La loi autorise l’utilisation du B100 sur les trains.

  2. 2019

    2019

    Après les premiers essais sur bancs moteurs, les résultats sont prometteurs et remportent l’adhésion de SNCF et de la Région Normandie.

  3. 2021

    2021

    L’expérimentation en service commercial débute, en avril, sur la ligne Paris- Granville pour une durée de 3 mois.

  4. Et après ?

    Et après ?

    Les résultats de l’expérimentation permettront de poursuivre les réflexions pour étendre ou non l’utilisation du B100 à d’autres matériels.

1 Bolloré Energy (le transporteur) et Valtris Champlor (le fournisseur) garantissent la qualité, la durabilité et la traçabilité de ce biocarburant issu du colza cultivé et transformé en France.