Crédit photo en-tête de page : SNCF

Comment le Train Léger innovant va redynamiser les petites lignes

Relancer les lignes de desserte fine du territoire en s’appuyant sur les technologies les plus pointues pour proposer un service à coût maîtrisé, c’est toute l’ambition de ce projet.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 3 min.

Saviez-vous que les lignes de desserte fine du territoire, qu’on appelle couramment les « petites lignes », représentent un tiers du réseau ferré français ? L’exploitation de ces quelque 9000 km1 de voies peu électrifiées constitue, aujourd’hui, un enjeu majeur pour les Régions, désireuses de renforcer les mobilités décarbonées de zones périurbaines, tout en maîtrisant les coûts économiques de l’offre de transport.

S’appuyant sur des innovations technologiques de pointe, le projet de Train Léger innovant fait partie de la gamme de solutions décarbonées développées par notre groupe et ses partenaires industriels pour enrichir l’offre TER dans les territoires. Présentation.

En savoir plus sur les nouvelles solutions pour les territoires

À l’origine du Train Léger innovant

Pas moins de 2 millions de personnes vivent à moins de 15 minutes à pied d’une gare desservie par une ligne de desserte fine du territoire. Elles constituent donc un atout de premier plan pour proposer une alternative au « tout voiture » et lutter contre le réchauffement climatique, le train étant l’un des modes de transport les moins émetteurs de CO22. Aujourd’hui, le niveau de trafic est très hétérogène sur ces lignes ; une partie d’entre elles ne voient passer que quelques trains par jour, ce qui remet en cause l’équilibre économique de leur exploitation.

Dans le cadre des accords passés par l’Etat français pour garantir l’avenir des lignes de desserte fine du territoire, les Régions, qui sont les Autorités Organisatrices de la Mobilité (AOM) cherchent des solutions pour diminuer les coûts globaux (achat des matériels, frais d’exploitation et de maintenance des installations, etc.) tout en maintenant, voire en développant l’offre de transport sur ces lignes.

Les enjeux pour les AOM sont les suivants :

  • accompagner la transition écologique en proposant des solutions de transport décarbonées
  • garantir le droit à la mobilité dans les territoires
  • mettre en place une offre soutenable économiquement

Train Léger innovant, le train qui fait bouger les lignes

Changer le modèle économique des lignes de desserte fine du territoire

Toute l’ambition du Train Léger innovant est donc d’apporter aux Régions une solution qui réduise les coûts totaux du système ferroviaire sur l’ensemble de son cycle de vie. Cela permettra d’augmenter la fréquence de passage sur les lignes desservies, ce qui incitera les habitants des territoires à retrouver les chemins des gares, avec à la clé l’instauration d’un cercle vertueux : plus de trains, ce sera plus de voyageurs, et donc un équilibre économique retrouvé qui incitera les Régions à faire circuler encore plus de trains, et à mettre en place de nouveaux services adaptés aux besoins des territoires.

Lire l’interview de Jacques Berling, Directeur du Train Léger innovant

C’est une aventure humaine incroyable au service d’un objectif majeur pour la collectivité et la transition écologique.

Jacques Berling, Directeur du Train Léger innovant

  • 9137

    km de lignes de desserte fine du territoire

  • 11

    partenaires au sein du consortium pour le Train Léger innovant

  • 51

    mois pour aboutir à un cahier des charges

  • 90

    millions d’euros pour financer le Train Léger innovant

Les objectifs

Pour offrir une solution ferroviaire économe et adaptée aux besoins de chaque territoire, le consortium qui pilote le projet se donne les objectifs suivants :

  • le respect de l’environnement
  • la réduction des coûts via l’innovation technologique
  • le maintien des connexions entre les petites lignes et le réseau national
  • l’augmentation de la fréquence de desserte
  • la modularité pour adapter l’espace intérieur aux besoins locaux (transport de vélo, micro-fret, etc.)

Des innovations au cœur du projet

Pour atteindre ces objectifs, le Train Léger innovant propose une nouvelle approche globale, qui intègre à la fois le matériel roulant, l’infrastructure et l’exploitation. Il met à profit les technologies les plus modernes pour optimiser le service rendu tout en réduisant les coûts.
Nos travaux de recherche portent sur les axes principaux suivants :

  • la plateforme modulaire
  • l’éco-conception du système Train Léger innovant
  • l’alimentation par batteries ou hydrogène
  • la liaison au sol
  • la cabine de conduite digitale
  • la digitalisation de la signalisation, du contrôle-commande, de la surveillance, de l’infrastructure et du matériel roulant

Pour mener à bien cet ambitieux projet, nous avons constitué un consortium regroupant 11 partenaires aux compétences complémentaires. Certains sont de grands groupes industriels (Thales, CAF, Wabtec, Alstom, Capgemini), d’autres sont des PME plus spécialisées (Texelis, Ektacom) et des organismes publics (Railenium, Ferrocampus et Cerema). Tous contribuent au dynamisme des territoires sur lesquels ils sont implantés, en Ile-de-France comme dans les régions.

Voici les missions de chaque membre du consortium :

  • Le groupe SNCF agit en tant qu'architecte et coordonnateur du projet Train Léger innovant afin d'assurer sa cohérence, ses synergies et sa complémentarité, tout en maîtrisant les coûts du système. Cette approche globale et systémique implique le matériel roulant, l’exploitation et l’infrastructure.
  • Le groupe CAF (Construcciones y Auxiliar de Ferrocarriles) a la responsabilité de concevoir et fabriquer une nouvelle plateforme de matériel roulant plus légère et moins chère. Il assura l’intégration des différentes innovations ainsi que le développement d’une chaîne de traction autonome et décarbonée à haut rendement.
  • Texelis développera et concevra une liaison au sol innovante qui amènera à un allégement considérable de la structure sous caisse. Cela permettra de réaliser des économies d’énergie, l’usure des rails sera réduite et le confort voyageurs sera préservé. Les coûts de maintenance seront moindres et permettront d’assurer l’avenir des lignes de desserte fine et renforcer la mobilité de tous dans les territoires.
  • Thales contribue à la R&D du Train Léger innovant et développera des solutions d'intelligence embarquées pour une signalisation et une exploitation frugales. Digitalisation de l'interface de conduite, systèmes de positionnement autonome ; aide à la conduite ; surveillance et supervision de l'infrastructure, de la voie et des abords.
  • Ektacom propose une solution vidéo pour la téléconduite : transmission adaptative pour affronter toutes les conditions réseau et aide à l'identification de la signalisation. Elle travaillera aussi sur la partie logicielle à bord pour proposer une Interface Homme Machine (IHM) réinventée.
  • Capgemini déploie sa méthodologie design-to-x pour la conduite des pré-études système et développe le jumeau numérique du système Train Léger innovant, plateforme de co-simulation et pré-validation des concepts innovants en amont des futurs tests physiques.
  • Wabtec Corporation apporte un panel de solutions pour le matériel roulant, couvrant les technologies du freinage et de la sécurité, ainsi que des solutions d’accès au train, de collecte et gestion de l’énergie et de surveillance et d’information des passagers.
  • Alstom contribue à la spécification d’un système de signalisation automatisé et optimisé, à l’augmentation de l'autonomie du train par la réduction de la consommation d'hydrogène et de l'encombrement lié à son stockage ainsi qu’à la recherche d’une alternative digitale à la couplabilité mécanique traditionnelle des trains.
  • L'association FERROCAMPUS, avec la Région Nouvelle-Aquitaine, proposera son centre d'expérimentations ferroviaires, des trains et lignes laboratoires et une plateforme data pour tester, mesurer et évaluer les différentes solutions innovantes proposées dans le cadre du projet.
  • L’Institut de Recherche Technologique RAILENIUM met ses compétences au service du projet : outil aide décision (stratégie d’investissement dans les lignes de desserte fine du territoire), dynamique ferroviaire (dimensionnement liaison au rail), gestion énergie, surveillance infra et MR, fonctionnalité du shuntage, jumeau numérique, laboratoire roulant, téléconduite (FOH et sécurité).
  • Cerema met en perspective les enjeux techniques et territoriaux de mobilité avec les attentes des usagers et collectivités, afin de déterminer les conditions de réussite des systèmes ferroviaires légers.​​

Ce projet bénéficie également du soutien financier de l’ADEME3 et du Secrétariat général pour l’investissement4 dans le cadre du PIA5, France20306 et du CORIFER7

Le calendrier du Train Léger innovant

  1. 2021

    2021

    Constitution du consortium, réponse à l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) Digitalisation et Décarbonation du Transport Ferroviaire

  2. Septembre 2022

    Septembre 2022

    Lancement officiel du projet

  3. 2023/2024

    2023/2024

    Phase d’étude et preuve de concept

  4. Décembre 2024

    Décembre 2024

    Jalon intermédiaire de présentation aux Régions

  5. 2025/2026

    2025/2026

    Validation et démonstration

Les lignes de desserte fine du territoire représentent 42% du linéaire du réseau ferroviaire national, soit 12 047 km sur un total de 28 364 km. Parmi elles, 9 137 km sont ouverts à toutes les circulations, tandis que 2 910 km n’accueillent que des trains de fret (chiffres SNCF Réseau).

2 D’après les chiffres clefs du climat publiés par le Ministère de la transition écologique, le ferroviaire ne représentait, en 2018, que 0,3% des émissions de gaz à effet de serre (GES) du transport en France.

En savoir plus

3 L'Agence pour la transition écologique.

4 Le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI) est chargé, sous l'autorité du Premier ministre, d'assurer la cohérence et le suivi de la politique d’investissement de l’État à travers le déploiement du plan France 2030.

5 Le Programme d'investissements d'avenir (PIA), piloté par le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI), a été mis en place par l’État pour financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire, afin de permettre à la France d’augmenter son potentiel de croissance et d’emplois.

6 Le plan « France 2030 », doté de 30 milliards d’euros déployés sur 5 ans, vise à développer la compétitivité industrielle et les technologies d’avenir. Il poursuit 10 objectifs pour mieux comprendre, mieux vivre et mieux produire, à l’horizon 2030.

7 Le Comité d'orientation de la recherche et de l'innovation ferroviaires.