Crédit photo en-tête de page : Sébastien Godefroy

Train autonome, vers une révolution ferroviaire

Des prototypes de trains autonomes sur vos voies dès 2023 ? Telle est l’ambition de notre Groupe et de ses partenaires industriels. Découvrez notre programme « Train Autonome ».

Mis à jour le

SNCF et ses partenaires annoncent des trains autonomes d'ici 2023

Plus de trains, de ponctualité et d’économie d’énergie

Ponctualité améliorée, trafic plus fluide, consommation d’énergie réduite et une capacité plus importante de circulations… Les promesses du train autonome sont nombreuses. Aussi, depuis 2018, nous avons créé avec l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Railenium et nos partenaires industriels1 deux consortiums pour développer deux modèles de trains autonomes :

  • l’un pour Fret SNCF, développé par Alstom, Altran, Hitachi et Apsys
  • l’autre pour TER et le transport de voyageurs, développé Bombardier, Bosch, Spirops et Thales

Notre ambition ? Faire rouler des prototypes de trains entièrement automatiques dès 2023 et engager le processus d’industrialisation à partir de 2025.

57 M€

de budget global pour cette 1ʳᵉ phase du projet²

TER Hauts-de-France lance les premiers essais du train autonome voyageurs

La région Hauts-de-France a été retenue pour développer et expérimenter le prototype d'un train autonome. Des premiers essais ont eu lieu pendant une semaine, au début du mois de mars 2021, entre Aulnoye et Busigny (Nord) et entre Busigny et Calais (Pas-de-Calais). Une rame prototype TER Regio 2N, modifiée et équipée d’un module « train autonome » à l’usine Alstom de Crespin (anciennement Bombardier), a circulé sur une voie commerciale. À son bord : les ingénieurs et techniciens du projet.

Ces essais ont notamment permis de tester :

  • les systèmes de perception et de reconnaissance des signaux situés le long de la voie
  • le dispositif de géolocalisation permettant de connaître précisément la position du train

Une seconde série d’essais a été organisée, au mois de mai, pour mettre au point le système de conduite semi-autonome (automatisation de l’accélération et du freinage du train, supervisée par un conducteur), sur ce même train laboratoire. Les capacités de freinage ainsi que l’automatisation de l’accélération de notre rame, équipée de caméras thermiques, lidars (détection par laser) et radars, ont été testées sur une voie de garage de Busigny (Nord). Le Regio2N modifié a parcouru trente fois 700 mètres dans la journée, avec des pointes à 25 km/h.

Pour les conducteurs d’essais spécialement formés, l’objectif de ces deux ans d’expérimentation est d’aboutir à une maîtrise de l’autonomie complète en 2023.

Nous souhaitons être en capacité d’exploiter des trains de différents niveaux d’autonomie, le plus vite possible, en fonction des avancées de la technologie.

Luc Laroche, directeur du projet train autonome SNCF

De nouveaux métiers à la clé

Au-delà de l’innovation, les recherches et les essais sur le train autonome font apparaître de nouveaux métiers comme par exemple :

  • superviseur pour le suivi des trains
  • téléconducteur pour la conduite à distance
  • télédépanneur pour le dépannage à distance

Le 1er train semi-autonome sur les rails

Pour la première fois en France, entre Longwy et Longuyon, une locomotive Prima BB 27000 a circulé en autonomie partielle. Sous la surveillance de conducteurs d’essais, le train a circulé dans des conditions d’exploitation réelles, avec des fonctions d’accélération ainsi que de freinage 100% automatisées. Cet essai, réalisé le 29 octobre 2020, marque une étape clé dans le projet train autonome.

En savoir plus

Le 1er train autonome circule sur le réseau ferré national

Train autonome : qu’est-ce qui va changer ?

L’automatisation des trains se traduit par des bénéfices concrets pour les clients du ferroviaire :

  • une plus grande capacité, car faire circuler plus de trains permet de transporter plus de voyageurs et de marchandises
  • un gain de fluidité et de régularité, grâce à une circulation harmonisée et à une vitesse optimisée, permettant de mieux faire face aux imprévus
  • un transport plus écologique, grâce à une diminution de la consommation d’énergie et au report de la route vers le rail

Avec la téléconduite, cap sur le train autonome

Après 18 mois de recherches et d’essais, notre Groupe et ses partenaires (IRT Railenium, CNES, Actia Telecom et Thales) ont fait circuler le premier train conduit à distance sur 4 km entre Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) et Juvisy-sur-Orge (Essonne), en avril 2019. Pour mener à bien l’opération, un site de conduite à distance expérimental a été conçu et installé à Vigneux-sur-Seine (Essonne).

En savoir plus

Notre ambition est de trouver un juste milieu entre l’humain et l’automatisme. Nous préparons les évolutions du train autonome en pensant les métiers de demain, en travaillant sur la formation et l’accompagnement.

Luc Laroche, directeur du projet train autonome SNCF

1 Les partenaires industriels de la SNCF dans le projet « Train autonome » sont : l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Railenium, Alstom, Bombardier, Bosch, Spirops, Thales, Altran, Apsys et Hitachi.

2 Financé à 30% par SNCF, à 30% par l’État (via l’IRT Railenium) et à 40% par les partenaires.