Faune sauvage aux abords des voies

La présence d’animaux près des voies ferrées a des conséquences sur la circulation de vos trains. Par mesure de sécurité, les conducteurs doivent réduire leur vitesse afin d’éviter toute collision. Pour empêcher ces situations, SNCF met en place des solutions adaptées.

Consultez l’info trafic en temps réel

Animaux errants : priorité à votre sécurité

La surpopulation de sangliers est devenue un véritable problème national. On estime qu’il existe en France, aujourd’hui, près de 4 millions de sangliers et, selon l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage), l’accroissement annuel d’une population peut varier, selon les années, de 100% à 150%. En 45 ans, le nombre de sangliers a été multiplié par 19.

Quant un animal est repéré près des voies ferrées, le conducteur de votre train le signale aux agents SNCF en charge de la gestion du trafic. L’information est ensuite transmise aux autres trains du secteur pour réduire leur vitesse.

Cette mesure appelée « ordre de marche prudente » a pour objectif d’anticiper l’arrêt, si nécessaire.

Lorsque les équipes SNCF sont assurées de l’absence d’animaux sur la voie, le trafic peut reprendre à vitesse normale en toute sécurité.

Heurts d’animaux : inspection de la rame

Si votre train heurte un sanglier ou un autre animal, le trafic est interrompu dans le secteur concerné. Le conducteur s'arrête pour inspecter l'état de la rame : 

  • si celle-ci n'a subi que des dégâts mineurs, le conducteur se charge d’enlever l’animal et votre train peut repartir en toute sécurité 

  • si elle est trop endommagée, l'intervention d'équipes techniques spécialisées est nécessaire. L’impact peut détériorer des éléments essentiels situés à l’avant du train, comme le système de freinage 

Ces vérifications et réparations prennent du temps. Elles ont des conséquences sur la ponctualité de vos trains. Vous pouvez dans certains cas, être invité à changer de rame pour terminer votre trajet.

20 %

de collisions de grands gibiers sur l’axe TGV Paris/Sud-Est

Les dispositifs déployés

Pour le matériel

  • Le cahier des charges des nouvelles motrices a été modifié pour avoir des pièces en plusieurs parties permettant d’être analysées et démontées rapidement par le conducteur. Les pièces avant sont renforcées afin de limiter l’impact d’un choc et faciliter la maintenance.

  • Intercités a engagé l’équipement des locomotives BB26000 avec des « pare-chocs » pour protéger les robinets de frein situés sur les faces des locomotives. En cas de choc, la destruction de ces robinets peut conduire à une immobilisation longue en ligne et donc d’importants retards. 

Pour les infrastructures

  • Des aménagements permettant de contenir (cages pièges) ou de faire sortir (Faun’trap, tremplins, sanglipass) librement les animaux bloqués dans les emprises sont testés sur certaines lignes classiques et sur les LGV.

Sensibilisation et communication auprès des parties prenantes

  • Une sensibilisation constante des propriétaires ou adjudicataires riverains est menée sur certains secteurs à risque pour rappeler les consignes de sécurité, les risques et sanctions encourues en cas de divagations (de chasseurs, chiens ou animaux domestique ou d’élevage) dans les emprises. 

 

Vidéo : Sur le terrain avec un régulateur faune sauvage