Crédit photo en-tête de page : Sebastien Morales / SNCF

Plan Grand Froid : SNCF se prépare pour l’hiver

Les fortes chutes de neige associées aux basses températures ont un impact important sur le système ferroviaire et peuvent occasionner des retards ou des suppressions de dessertes. Pour anticiper au mieux ces perturbations à l’approche de l’hiver, SNCF met en œuvre son plan Grand Froid pour vous offrir les meilleures conditions de voyage en toute sécurité.

Accédez aux informations sur votre train

Mis à jour le

Plan Grand Froid

Préserver les infrastructures

Lors de chutes de neige, l’accumulation de glace peut endommager les infrastructures et provoquer des retards. C’est pourquoi, dans le cadre du plan Grand Froid, plusieurs actions ont été mises en place :

  • Tous les réchauffeurs d’aiguilles ont été mis en fonctionnement : ils permettent de libérer les aiguillages de l’emprise des glaces et d’assurer la bonne circulation des trains. Et une surveillance accrue par les agents est mise en place en période de neige.
  • Les 47 engins « chasse-neige » (dont 8 moyens lourds de déneigement, 31 wagons socs, dont 4 wagons déboudineurs, et 7 draisines équipées d’étraves chasse-neige) ont été révisés, testés et pré-positionnés aux endroits à risque pour intervenir au plus vite en cas de fortes chutes de neige obstruant les voies.
  • Pour dégivrer les caténaires et empêcher l’accumulation de glace (cause de la paralysie de certaines lignes), nous faisons intervenir des circuits électriques de réchauffage. En outre, 9 trains dit « racleurs », équipés de pantographes avec des bandes d’archet et cuivre, sont prévus pour l’hiver 2021/2022. Enfin, à la suite d’expérimentations d’un dispositif de prévention du risque givre (Iceguard), deux containers dédiés SNCF vont être utilisés sur environ 2000 km de voies pour appliquer un produit qui empêche que le manchon de glace adhère au fil de contact (ce produit est biodégradable à 95% sous 28 jours). Les autres lignes vont être traitées par les moyens conventionnels (raclage mécanique, effet Joule).
  • 8 locomotives racleuses vont être remplacées à Bordeaux, Hendaye, Limoges, Tarbes et Toulouse.

Projets et innovations

Un comité technique travaille sur le sujet du remplacement à terme des moyens lourds de déneigement à l’horizon 2028-2029.

Protéger le matériel

Parce que les blocs de neige et de glace soulevés par le souffle des trains peuvent agir comme des projectiles et casser des vitres, ou encore s’accumuler sur les organes essentiels des trains, SNCF a mis en place toute une série d’actions pour protéger le matériel :

  • installation de protections (housses) ou d’antigel autour des organes sensibles (portes, suspensions, bas de caisse des trains, etc.) pour éviter la formation de blocs de glace
  • réparation plus rapide des bris de vitres dans un temps beaucoup plus court
  • abaissement des vitesses à 220 voire 160 km/h pour les TGV et à 120 km/h pour les Intercités et les TER en cas de grosses intempéries ou baisse des températures
  • déploiement d’équipes mobiles d’urgence Matériel sur tout le territoire qui interviennent en cas de bris de vitre ou de matériel endommagé suite à des chocs de ligne
  • utilisation d’un antigel (Kill Frost) aspergé sur les bas de caisse des TGV pour empêcher le collage de la neige au Technicentre Est-Européen

Déneiger les gares

Pendant l’hiver, les chutes de neige et le verglas peuvent entrainer des retards dans la circulation des trains et compliquer l’accès aux quais. Pour assurer le confort et la sécurité des voyageurs, un déblaiement dès les premières chutes de neige est essentiel. 

Comment nous surveillons l’état des rails

Avec le froid, l’acier se rétracte et ce phénomène engendre la propagation des fissures et peut donner lieu à des ruptures de rails. Ceux-ci sont régulièrement contrôlés, soit par des trains spéciaux, soit par des agents munis d’appareils portatifs. Un émetteur-récepteur d’ondes est posé sur le rail. Il envoie des ondes qui se propagent à l’intérieur du rail jusqu’à sa base appelée « patin ». L’écho de l’ultrason remonte ensuite jusqu’au champignon ; la durée de l’aller-retour permet de déterminer la profondeur du défaut rencontré dans le rail. C’est le principe d’une échographie.

Nous utilisons, en outre, nos 47 engins « chasse-neige » qui sont révisés et testés puis positionnés à l’avance aux endroits à risques. Et nous utilisons un train dit « racleur » ainsi que des installations de dégivrage électrique.

Le déneigement des quais

Avec la neige ou le verglas, l’accès aux quais peut vous être impossible ou dangereux. SNCF fait appel à son personnel et passe également des contrats avec des entreprises prestataires pour des opérations de déneigement et de salage sur l’ensemble du réseau.

En cas de chute de neige, plusieurs centaines de cheminots sont mobilisés pour participer au déneigement des voies et des quais afin que les trains continuent à rouler et que nos clients soient acheminés en toute sécurité.

Informer les voyageurs

Pendant l’hiver, des chutes de neige importantes pourront amener SNCF à retarder voire supprimer certains trains. Dans tous les cas, de nombreux supports dédiés seront utilisés pour vous informer : affiches « Info Trafic Neige », tracts « Perturbations neige » ou « alerte Météo France », alertes mail/sms, annonces à bord…

En cas de situations exceptionnelles, les horaires des trains qui circulent seront affichés en gare, des alertes vous seront envoyées par e-mail ou SMS (aux clients ayant laissé leurs coordonnées). Toutes les modifications des plans de transport et les horaires associés sont mises à jour en temps réel sur l’Assistant SNCF.

Dans le cas de difficultés de rapatriement des voyageurs en banlieue pour l’Île-de-France ou autour des grandes agglomérations régionales, plus de 50 gares dites « d’accueil » ont été identifiées (10 pour le réseau Intercités, 15 pour l’axe TGV Atlantique, 5 pour l’axe TGV Est, 5 pour l’axe TGV Nord, et 16 pour l’axe TGV Sud-Est). Elles possèdent d’importants stocks pour vous accueillir (bouteilles d’eau, repas, couvertures, kits de nuit, etc.).

Concernant la prise en charge des voyageurs, la SNCF sera attentive à ne laisser partir aucun train si un risque météo important lui est indiqué par son prestataire météorologique.

Dans le cas de situations extrêmement perturbées, le Groupe peut faire appel à plusieurs aides extérieures via des conventions signées avec les préfectures, la Protection Civile, la Croix-Rouge ou encore des SDIS.