Vigilance maximale aux abords des voies

S’approcher des abords des voies vous expose au danger et peut perturber la circulation de vos trains. Découvrez les mesures de sensibilisation et de prévention adoptées par SNCF.

Consultez l’info trafic en temps réel

Les dangers aux abords des voies

S’approcher des voies sans y avoir été invité par un agent SNCF représente un grand danger. Les risques encourus sont :

  • la collision ou l’aspiration : un train peut percuter une personne. L’effet de souffle provoqué par le passage d’un train à grande vitesse peut aussi déstabiliser et aspirer quelqu’un

  • l’électrocution : alimentée à 1 500 V en courant continu, ou 25 000 V en courant alternatif la caténaire est sous tension permanente. Cela équivaut à plus de 100 fois le courant domestique, la conséquence peut s’avérer fatale. Ce champ électrique intense, impose donc de respecter une distance de sécurité minimale de 3 mètres

Pour éviter tout accident, il faut impérativement : respecter les consignes de sécurité en gare, traverser les voies uniquement au niveau des passages protégés, et ne jamais pénétrer dans une zone interdite au public.

Si nécessaire, les forces de l’ordre ou la Surveillance Générale SNCF (SUGE), dont la mission est de protéger, assister et sécuriser tant les voyageurs que le personnel et les biens sur l’ensemble du réseau, sont appelées pour évacuer toute personne imprudente.

Le saviez-vous ?

L’alimentation de 1 500 V, en courant continu, est principalement utilisée pour les lignes classiques. Les lignes à grande vitesse sont alimentées à 25 000 V (un courant alternatif qui utilise des matériaux plus légers). Le risque d’électrocution est encore plus élevé car il intervient sans contact avec la caténaire : c’est le phénomène d’arc électrique.

Les actions de prévention

Pour prévenir ces dangers, SNCF renforce ses installations sur le terrain :

  • déploiement de panneaux de signalisation et de pictogrammes lumineux signalant le danger à proximité de chaque zone à risques 

  • réduction du nombre de croisements ou intersections équipés de passages à niveau 

  • sécurisation renforcée de ces passages en réduisant la vitesse d’approche des trains, voire en les remplaçant par des passerelles ou des passages souterrains

  • pose de grillages ou de barrières à proximité des accès aux passages à niveau, de gares proches d’établissements scolaires ou encore de zones urbaines denses. Des barrières « végétales » (buissons épineux) sont aussi testées 

Des interventions dans les écoles primaires, les collèges et les lycées, sont également organisées afin de sensibiliser les plus jeunes aux risques réels des voies ferrées. Il s’agit, par exemple, d’expliquer le temps de freinage d’un TGV, la vitesse d’un train entrant en gare, et plus globalement, de favoriser les comportements citoyens dans les gares, près des ponts, ou encore aux abords des passages à niveau.

Qui sont les intervenants en milieu scolaire (IMS) ?

Les IMS ou Intervenants en Milieu Scolaire sont des agents SNCF spécifiquement formés pour intervenir dans les classes. Ils interviennent à partir du CM1 jusqu’à la terminale, pour sensibiliser les jeunes au respect des règles de sécurité.

Les conséquences sur le trafic

Lorsqu’une personne est repérée à proximité des voies ou sur une zone « dangereuse » (périmètre dans lequel une personne risque d’être heurtée ou déstabilisée par un train), les centres opérationnels demandent aux trains du secteur de réduire leur vitesse (marche à vue). Cela permet aux conducteurs d’arrêter le train plus rapidement, en cas de besoin. Ces ralentissements provoquent des retards sur le secteur concerné.

Une fois tout risque de danger écarté, le trafic peut reprendre progressivement.