Crédit photo en-tête de page : VIIA

Une nouvelle autoroute ferroviaire entre Sète et Calais en 2023

Notre filiale VIIA va lancer en 2023 ce nouveau service qui s’ajoute à 4 autres lignes. Alternative efficace à la route, ce mode de transport combiné permettra d’éviter 43 000 camions et 40 000 tonnes de CO2 rejetées dans l'atmosphère par an.

Mis à jour le

Lecture 3 min.

Après le « train des primeurs », entre Perpignan et Rungis, une nouvelle ligne de fret ferroviaire va être lancée, cette fois entre Sète et Calais. S’inscrivant dans la volonté du gouvernement de développer les autoroutes ferroviaires, cette liaison est prévue pour 2023. C’est notre filiale VIIA qui a été retenue pour exploiter cette ligne à la suite d’un Appel à Manifestation d’Intérêt lancé par l’Etat.

L’opérateur vient, en parallèle, d'être désigné par le Port de Sète titulaire pressenti pour la construction et l'exploitation d'un terminal d'autoroute ferroviaire. Celui-ci, implanté sur plus de 6 hectares, moderne et basé sur les dernières technologies du secteur, répondra aux enjeux logistiques des chargeurs et transporteurs de report modal de la route vers le rail, avec :

  • 1 voie pour le chargement et déchargement horizontal basé sur la technologie Lohr
  • 3 voies de chargement et déchargement vertical pour les semi-remorques préhensibles et leurs caisses mobiles.

Quatre lignes sont déjà opérées par VIIA

Le service régulier d’autoroute ferroviaire entre Sète et Calais sera lancé à l’issue de ces travaux de construction. Cette solution de transport combiné sera complétée par deux nouvelles lignes :  Sète–Bettembourg et Sète–Paris.

Elle vient aussi s’ajouter aux 4 autres liaisons actuellement opérées par VIIA :

  • Le Boulou <> Bettembourg (et connexions possibles vers Poznan, Rostock, Kiel et Anvers)
  • Le Boulou <> Calais
  • Mâcon <> Calais
  • Aiton <> Orbassano
  • 11

    trains par semaine entre Sète et Calais

  • 43 000 camions en moins par an

  • 40 000 tonnes de CO₂ en moins rejetées dans l’atmosphère

Les autoroutes ferroviaires participent à la décarbonation

« Dans les prochaines années, le transport combiné va être une  solution forte pour répondre aux enjeux environnementaux ». Face à l’urgence climatique et à la pénurie de chauffeurs, les autoroutes ferroviaires sont, comme le souligne Charles Puech d’Alissac, le patron de VIIA, une alternative évidente à la route dans les chaînes logistiques.

Ce mode de transport est une solution immédiatement disponible qui s’adresse à l’ensemble des transporteurs routiers. Parce qu’elles prennent en charge les semi-remorques traditionnels, les autoroutes ferroviaires permettent, en effet, de décarboner la logistique sur de longues distances.

Chaque semaine, 11 trains circuleront dans chaque sens entre Sète et Calais, pour acheminer au total plus de 43 000 unités de transport intermodal sur plus de 1000 kilomètres. Cette nouvelle ligne permettra ainsi d’éviter autant de camions par an sur la longue distance, et évitera le rejet de plus de 40 000 tonnes de CO2 chaque année.

Comment les autoroutes ferroviaires réinventent le fret