Crédit photo en-tête de page : Alex Profit

Choisir TGV INOUI, c’est agir pour la planète

Découvrez comment TGV INOUI s’engage contre le réchauffement climatique via un bilan carbone réduit, mais également son implication au service de la transition énergétique et de l’économie circulaire.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 2 min.

Le train est l’une des solutions de mobilité les plus respectueuses de l’environnement. Ainsi votre voyage avec TGV INOUI émet, en moyenne, 50 fois moins de gaz à effet de serre qu’un trajet en voiture sur la même destination. Et un trajet en TGV INOUI émet 80 fois moins qu’un vol en avion.

Par exemple, lorsque vous effectuez un voyage aller-retour de 600 km avec TGV INOUI, vous émettez 2 kg de CO2. Lorsque vous empruntez votre voiture pour parcourir cette distance, vous émettez 100 kg de CO2.

Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

Comparaison des modes de transport sur un thermomètre, allant du vert (le moins émetteur) au rouge (le plus émetteur).

Émissions de CO2e par voyageur pour 1 km parcouru :

  • 1,7g : train INTERCITÉS / TGV INOUI / OUIGO (en vert)
  • 35g : Autocar longue distance (en vert)
  • 88g : voiture 2,2 passagers1 (jaune)
  • 141g : avion (orange)
  • 193g : voiture 1 personne (rouge)

N.B. Émissions de CO2e par voyageur pour 1 km parcouru pour les trains internationaux² :

  • 2,05 g : train Lyria (Suisse)
  • 4,5 g : DB & SNCF en coopération (Allemagne)
  • 5,4 g : RENFE & SNCF en coopération (Espagne)
  • 8,5 g : train TGV INOUI (Italie)
  • 6,68 g : train Thalys (Belgique et Pays-Bas)
  • 8,64 g : train Eurostar (Royaume-Uni)

Agir pour la transition énergétique

Nous participons également à la transition énergétique de diverses manières :

  • via nos conducteurs formés à l’éco-conduite, ce qui baisse la consommation d’énergie de leur train jusqu’à 10%
  • via l’éco-stationnement pour temporiser la fermeture des portes de TGV INOUI afin d’éviter les déperditions d’énergie dès 2021
  • via le développement de la flotte électrique de nos partenaires au sein de notre service Mon Chauffeur

Agir pour l’économie circulaire

Nous concevons enfin des offres éco-responsables, à faible empreinte, utilisant le moins possible de ressources, refusant le gaspillage et s’inscrivant dans une démarche 4R : refuser / réduire / réutiliser / recycler.

Comment nous agissons :

  • Nos trains sont conçus en France, optimisés pour être les plus durables possibles, puis recyclés à 92% lorsqu’ils sont en fin de vie.
  • Nous approvisionnons nos bars de manière responsable et favorisons la réduction des déchets ainsi que la lutte contre le gaspillage alimentaire.
  • Nous proposons des offres 100% éco-responsables au sein de nos salons Grand Voyageur TGV INOUI (café bio, zéro plastique, offre presse numérique…)

Le TGV « M », à l’efficacité énergétique inédite

D’ici 2024, nous mettrons en circulation notre éco-TGV plus respectueux de l’environnement dans le cadre d’un partenariat avec Alstom.

Le TGV M, c’est :

  • une réduction de la consommation d’énergie de 20% grâce à l’éco-conduite, au renvoi d’énergie vers la caténaire lors du freinage et à la forme aérodynamique du train
  • un matériel recyclable à 97% avec des matériaux plus respectueux de l’environnement
  • un bilan carbone amélioré de 32% par rapport aux rames actuelles

Nombre de passagers constaté sur un trajet longue distance en France.

Source : ADEME - mai 2020. Comparaison des émissions de gaz à effet de serres (GES) exprimées en COéquivalent (CO2e) rapportées au voyageur.km pour le train TGV (consommation d'énergie de traction), avion court courrier et valeur moyenne voiture longue distance. Valeurs issues de la Base Carbone ADEME, dans le volet Données de l'article L1431.3 du code des transports - Information GES des prestations de transport.

2 Fréquentations 2019 et consommations électriques moyennes de chaque transporteur :

  • Facteur d’émission de l’électricité à usage transport « France » (38,6 g CO2e/kWh) pour les kilomètres réalisés en France
  • Facteurs d’émission de l’électricité pour les pays européens issus soit de la Base Carbone de l’ADEME, soit de la base des fournisseurs d’énergie, soit des instances locales de l’énergie (GOV.UK pour le Royaume-Uni), soit de la base des facteurs d’émissions de l’Agence Internationale de l’Énergie.