Photo credit (banner): Yann Audic

Nos innovations

La Direction du Matériel conçoit aujourd’hui la maintenance du futur. Découvrez comment ces innovations réinventent vos trajets et le quotidien des agents de nos technicentres. 

Des technicentres industriels aux usines 4.0

Usines 4.0 connectées et robotisées, technologies d’assistance physique, fabrication de pièces par impression 3D… la rénovation et la modernisation de notre outil industriel est à l'œuvre.

Si nos innovations vous garantissent un plus grand confort et une meilleure régularité des trains, elles sont également synonymes de plus de sécurité et de performance pour nos agents, placés au centre de ce processus de transformation.

Découvrez l’usine du futur en vidéo

450 M € investis dans la rénovation de 10 technicentres

Des nouvelles technologies d’assistance physique au service de nos agents

Préserver la santé et la sécurité de nos agents est l’une des priorités de notre Groupe. Pour ce faire, la Direction du Matériel mise sur le développement des nouvelles technologies d’assistance physique (NTAP) dans les opérations de maintenance.

Exosquelettes, robots autonomes ou drones permettent ainsi à nos collaborateurs de déléguer certaines de leurs tâches les plus simples, pénibles ou dangereuses à ces NTAP qui contribuent également à améliorer la productivité de certaines activités.

L’exosquelette

L’usine du futur, c’est d’abord moins de pénibilité pour nos agents. Voilà pourquoi nous avons développé en partenariat avec la société Ergosanté Technologie Shiva Exo : un exosquelette multifonctions, expérimenté depuis janvier 2018 et destiné à préserver la santé physique des agents.  

Capable de fournir une assistance à la manutention à hauteur de 15 kg et d’aider au port de pièces lourdes, l’exosquelette contribue également à préserver les capacités physiques de nos collaborateurs en protégeant leurs cervicales, leurs bras et leur tronc, particulièrement sollicités durant certaines opérations de maintenance. 

En savoir plus

Découvrez l’exosquelette (vidéo)

Le drone

Pour une maintenance plus agile, nous utilisons des drones afin d’effectuer les expertises de toiture des trains à distance. En plus de réduire la pénibilité de ces opérations réalisés auparavant directement en toiture, le recours aux drones, pilotés à distance par nos agents, réduit considérablement le temps d’immobilisation du matériel ferroviaire.

Ainsi, un contrôle de toiture s’effectue désormais en une heure grâce aux drones, contre une journée auparavant.

Vidéo : #DIGITALSNCF - Drone, des données en temps réel pour une maintenance plus agile

Le robot autonome

Dans nos usines 4.0, plus besoin de rails, de fosses ou de ponts-roulants. Les trains se déplacent sur des chariots électriques autoguidés et les pièces nécessaires à leur maintenance sont apportées par des robots autonomes aux opérateurs.

Ces robots font désormais partie du quotidien des différents sites de production  et réduisent le nombre de tâches répétitives confiées jusqu’alors à nos agents. Les conditions de travail sont ainsi améliorées et les processus de production optimisés.

En savoir plus

Vidéo : Film Innovation - Usine du futur

L’humain au cœur de l’usine 4.0

Si elles assistent le travail des opérateurs de maintenance, en aucun cas les NTAP ne peuvent remplacer leur expertise. Les agents demeurent les éléments clés  de l’usine 4.0. Grâce à leur fine connaissance du matériel, ils pilotent le travail des robots et explorent les voies de l’innovation collaborative au sein de nos FabLab.

Le cobot

Mis en place dans certains de nos technicentres, le cobot - robot collaboratif -  illustre les nouveaux process de maintenance en interaction entre l’agent et la machine. Certains cobots les aident  par exemple lors du ponçage des pièces anciennes à restaurer. 

L’intensité du ponçage est défini en fonction de l’expertise métier des agents  ,   du type de pièce à traiter et des niveaux d’usure. Par conséquent le cobot n’est pas autonome et nécessite le guidage de l’opérateur. 

En savoir plus

Découvrez le cobot en action (vidéo)

Le FabLab et la fabrication additive

Notre Groupe compte 5 FabLab. Abréviation de « Fabrication laboratory » (laboratoire de fabrication), ces espaces permettent à nos agents de partager, tester et concrétiser leurs idées et d’inventer de nouveaux outils.

Équipés d’imprimantes 3D et d’engins de découpe laser, nos FabLab sont de véritables lieux de co-construction d’innovations et servent au développement de nouvelles techniques telle que la  fabrication additive. Intérêt de ce nouveau procédé ? Remplacer certains matériels et outillages grâce à l’impression 3D.

En savoir plus sur la fabrication additive

Découvrez le FabLab du technicentre de Vénissieux

Une industrie métamorphosée par la révolution numérique

La révolution numérique implique la mise en place d’une maintenance innovante du matériel. Aussi, avec la maintenance prédictive et le télédiagnostic, nous intégrons les nouvelles technologies du Big Data pour anticiper les pannes de matériel roulant. 

Les capteurs IOT

Intégrés à vos trains grâce au développement de l’internet des objets, les capteurs IOT (pour Internet of things) constituent le point de départ de la maintenance prédictive. Ces capteurs transmettent des données générées en temps réel et nous permettent de connaître l’état du matériel ferroviaire à tout moment. 

Ces trains connectés offrent de nouveaux leviers de performance. Grâce au télédiagnostic et à la maintenance prédictive, nous sommes ainsi capables de prévoir le moment où la défaillance d’un équipement peut survenir, d’anticiper ladite panne et de redéfinir des processus de maintenance plus efficaces.

Vidéo : Le télédiagnostic et la maintenance prédictive chez SNCF

Le jumeau numérique

D’ici 2023, notre ambition est de réinventer l’ensemble de nos technicentres industriels : trajets repensés, distances des flux logistiques réduites… Pour ce faire, le Groupe SNCF utilise la méthode dite du « jumeau numérique ».

Réalisé à partir de la technologie Building Information Modeling (BIM),  il propose une immersion dans un environnement modélisé en 3D sans pour autant qu’il soit construit. La visualisation virtuelle permet ainsi de :

  • finaliser la conception des bâtiments
  • travailler sur l’implantation des machines
  • projeter les déplacements des agents