Tamara : l’aventure commence en TGV

Et si les plus belles aventures commençaient en TGV ? C’est ce que suggère Tamara vol.2 d’Alexandre Castagnetti qui sort le mercredi 4 juillet au cinéma.

L’aventure s’accélère en TGV

Le volume 1 des aventures de Tamara, sorti en 2016, a attiré plus de 800 000 spectateurs conquis par cette romance adolescente conçue pour toute la famille. Deux ans plus tard, Tamara (Héloïse Martin) a 19 ans et quitte le foyer familial pour étudier à Paris avec Sam (Noémie Chicheportiche), sa meilleure amie. Une nouvelle vie qui commence à toute allure par un voyage en TGV haut en couleur.

Vers une nouvelle vie à grande vitesse

Sans attendre, découvrez les premières minutes du film. Préparez-vous à filer à grande vitesse avec Tamara et Sam vers leur nouvelle vie parisienne. 

Vidéo : Vers une nouvelle vie à grande vitesse : les premières minutes du film

Amour et réseaux sociaux

Pensant s’éloigner de Diego (Rayane Bensetti) dont elle est séparée depuis 2 ans, Tamara se retrouve finalement, par un concours de circonstances, à vivre en collocation avec lui et sa nouvelle petite-amie. Cela ne l’empêche pas de jeter son dévolu sur James, mannequin, DJ et star des réseaux sociaux. Pour attirer son attention, elle va devenir aussi populaire que lui, sous le regard attentif de Diego.

Dans ce volume inédit inspiré de la bande-dessinée de Darasse et Lou, Alexandre Castagnetti dépeint avec beaucoup de douceur et de bienveillance la vie et les interrogations des jeunes adultes d’aujourd’hui.

À noter, pour les plus cinéphiles, les participations de Blanche Gardin et de Sylvie Testud en mère de famille un brin stressée.

Vidéo : Rencontre avec Alexandre Castegnetti

Le train au cinéma : une histoire d’amour

Depuis le tout premier film des frères Lumière, une histoire d’amour est née entre le train, les gares et le cinéma. Source d’inspiration inépuisable, l’univers ferroviaire sert de décor à des scènes mythiques et inoubliables. Si l’on pense directement à Adèle Blanc-Sec de Luc Besson, à Gare du Nord de Claire Simon, au Crime de l’Orient-Express, les exemples sont légions. Aujourd’hui, une centaine de tournages ont lieu chaque année dans une gare ou dans un train pour le cinéma ou la publicité.

1/5