Crédit photo en-tête de page : SNCF

Bastien Bonnet, la sécurité avant tout

La sécurité étant le cheval de bataille de SNCF Matériel, les missions en la matière sont nombreuses et extrêmement variées. Zoom, via le portrait de Bastien Bonnet, sur un métier de terrain où il vaut mieux ne pas avoir les deux pieds dans le même sabot.

Mis à jour le

Lecture 5 min.

Pas moins de 3 casquettes  « coiffent » Bastien Bonnet : coordinateur sécurité, correspondant sécurité incendie et correspondant facteur organisationnel et humain. Le tout dans le but de conseiller, au technicentre Industriel de Nevers-Languedoc (TINL), le DET1 sur son poste de COSEC2.

Arrivé en même temps que la transformation managériale, Bastien Bonnet a suivi préalablement une formation de référent de site afin de devenir le correspondant dédié du technicentre. Dans ce cadre, le nouveau venu a très vite compris que la communication était essentielle pour bâtir une relation de confiance et favoriser le partage de bonnes pratiques en termes de sécurité.

Un travail collectif de longue haleine

La démarche de transformation managériale ? Elle vise, après un état des lieux réalisé sur plusieurs sites SNCF,  à développer des compétences clés dans le but de traiter efficacement les événements de sécurité dès l’apparition de signaux faibles (dit aussi les « précurseurs »). C’est donc une démarche d’entreprise qui touche tout le monde, et Bastien Bonnet veille à ce que chacun soit impliqué, de près comme de loin.

C’est un travail collectif de longue haleine. On dit bien que « si chacun fait un peu, c’est la vie qui gagne », adage qui se vérifie au quotidien au TINL. Bastien Bonnet s’assure donc que chacun monte en compétences sur le « savoir voir et savoir dire ». « Ce qu’on met en place aujourd’hui sera récolté à moyen, voire à long terme. », veut-il croire. Mais insuffler plus d’autonomie au collectif, laisser davantage de latitude aux agents exige, en retour, de l'habileté et de la patience chez le formateur ; car avoir le réflexe « sécurité » quand on a « les mains  dans le cambouis » ou « la tête dans le guidon », ce n’est pas si évident.

  • 2005

    En charge de la qualification des séries de pièces en sous-traitance chez Turboméca

  • 2008

    Arrivée à la SNCF au service « Méthodes PRM »

  • 2011

    Divers postes au centre essieux, ROP, Référents essieux, RQ essieux et veilleur pro

  • 2018

    Prise de poste au COSEC²

Développer une sécurité qualitative

Dans cette même veine, Bastien Bonnet assure une autre mission, plus administrative pour le coup. Il doit, de fait, s’assurer que les process sont en phase avec la réglementation. Avec l’aide de deux relais sécurité sur les sites de Nîmes (Gard) et de Béziers (Hérault), mais aussi de trois assistants qualité, sécurité et environnement (AQSE), Bastien Bonnet parvient à développer, grâce aux compétences des uns et des autres, une véritable sécurité qualitative.

Ainsi, si certains sont spécialistes des risques ferroviaires, d’autres le sont du risque chimique. Cette diversité au niveau des profils permet la mise en place d’outils et de solutions innovantes. Exemple ? L’outil SENTINL qui permet de remonter les « précurseurs » environnementaux et de sûreté. Autre tâche importante pour Bastien Bonnet, son rôle de conseil auprès du directeur d’établissement pour la sécurité et le risque incendie. « Il faut savoir prendre de la hauteur sur un accident et voir s’il peut arriver ailleurs ou dans d’autres circonstances. » L’anticipation ? Un leitmotiv pour Bastien Bonnet.

Parmi les meilleurs technicentres industriels

Sa mission FOH (« facteur organisationnel et humain ») complète, d’ailleurs,  les deux premières. En effet, les métiers de la maintenance sont tellement techniques et « répétitifs » que des piqûres de rappel régulières sur les bonnes pratiques ne sont jamais vaines.

Dernière casquette ? Celle de COSI pour « correspondant sécurité incendie ». Son objectif ? Être en conformité avec la réglementation (nombre d’extincteurs requis, localisation facile des issues de secours, etc.) Pour ce faire, Bastien Bonnet est en contact régulier avec les pompiers et la direction de l’immobilier au sein du Groupe. Résultat, depuis 3 ans, le TINL se stabilise autour de 6 accidents avec arrêt par an, ce qui le place parmi les meilleurs technicentres industriels. Les derniers audits assureur et sécurité sont eux aussi positifs et ne font état d’aucun écart majeur.

Être en permanence proche du terrain

Les trois missions de Bastien Bonnet sont donc éminemment complémentaires. « On a parfois l’habitude de développer nos projets chacun dans notre coin sans partager avec les autres, explique-t-il. Le fait d’avoir plusieurs casquettes et de travailler en collaboration étroite avec divers acteurs de la qualité et de l’environnement nous permet de standardiser les outils, nos pratiques et donc, in fine, de gagner du temps sur l’appropriation. »

À l’origine pourtant, il craignait que ce poste ne soit trop administratif, il n’en fut rien. La transversalité de ces 3 missions lui offre des échanges fréquents et fructueux avec les agents. Avec la sécurité, rappelle-t-il, il faut savoir rester humble car sur un établissement regroupant 1000 agents, on apprend très vite que la vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain. « C’est un métier où il faut montrer une certaine réactivité, et être en permanence très proche du terrain si l’on ne veut pas perdre les gens et si on veut donner du crédit à ce que l’on dit », martèle-t-il ainsi avec le sourire.

1 En tant que directeur d'établissement, le DET assure le pilotage d'un établissement et sa production. Il anime, pour cela, des dirigeants d'unités opérationnelles (DUO) et des chefs d'unités de production (CUP), ainsi que des pôles d'appui (RH, gestion, finance, etc.).

2 Coordinateur sécurité du travail chargé, dans chaque établissement, de faire appliquer le dispositif de prévention des risques professionnels.