Crédit photo en-tête de page : SNCF

Mike Dahomay a toujours 10/10 aux tests

Mike Dahomay, c’est l’homme des bancs d’essai à l’Agence d'Essai Ferroviaire (AEF). Passer au crible les organes de roulement, les roues, les essieux, les unités de frein n’est pas une mince affaire, loin de là... 

Mis à jour le

Lecture 4 min.

Ici, nous allons évoquer le rôle d’un ingénieur d’essai. Où précisément ? à l’Agence d’Essai Ferroviaire (AEF). Dis comme ça, l’histoire a l’air un brin redondant et pourtant, on aurait tort de s’en désintéresser. Car, ce métier est la garantie de notre sécurité à bord des trains. Au quotidien, Mike Dahomay réalise ainsi, via différents bancs d’essai, une multitude de tests destinés à vérifier les fonctionnalités des organes vitaux, observer et mesurer leur comportement.  

Son cœur de métier ? Les essais d’homologation et d’investigation. À son palmarès, citons la machine « Essai sur Boîte Essieu », qui consiste à vérifier si le système roulement/boîte essieu/graisse tient le choc. Au cours de ces tests, les différents éléments sont fichtrement malmenés voire carrément poussés dans leurs retranchements et ce, afin de s’assurer que les essieux « tiendront la route » une fois mis en exploitation.  

La « French Touch » face à la concurrence

Comment se déroule l’épineux examen ? Découpés en deux grandes étapes, les tests se déroulent en banc d’essai (sur poste fixe à l’AEF) puis en ligne (en situation réelle). Cet enchaînement de simulations, toutes réalisées dans des conditions optimales, met en avant la « French Touch », levier concurrentiel indéniable et reconnu pour convaincre nos clients constructeurs étrangers. 

Une fois la batterie de tests terminée, un rapport final est édité et présenté au client sur la fiabilité ou non des organes inspectés et ce, sans aucune indulgence. Dit autrement, l’obtention de la certification et de l’homologation n’est pas une sinécure.  

  • 2013

    Embauché à la Direction du Matériel (chargé d’affaires maintenance des wagons de Réseau)

  • 2016

    Arrivée à l’AEF en tant qu’ingénieur d’essai spécialiste organes

Un banc de test à pleine vitesse

Preuve de la rigueur des opérations menées ?  Le nombre élevé de critères à respecter. Deux types de tests existent ainsi selon les trains : les roulements à basse vitesse – par exemple pour les trains Fret – pour lesquels une vitesse minimale de 132 km/h est à atteindre sans embûche ; et les essais à grande vitesse à 352 km/h pour les TGV. 

On ajoute ensuite 10% supplémentaires de force et de vitesse, car cette dernière est accentuée dans les courbes, histoire de vérifier la résistance. Poussé à près de 400km/h sur le banc de test, l’engin est bel et bien observé dans ses limites.  

Le « canon à ballast »…

D’une manière générale, les essais s’étalent sur une longue période : pas moins de 800 000 kilomètres avalés pour un TGV sur une durée de 6 mois, contre 600 000 pour un train de fret pendant 8 mois. Mais Mike Dahomay a également en charge d’autres bancs, comme le banc « canon à ballast ».  

Késako ? Il s’agit de reproduire de façon artificielle la projection violente de ballast1 sur des pièces (éprouvettes d’essieu, voire des pièces complètes comme des antennes, des unités de frein, des raccords de tuyauterie, etc.) afin de tester leur résistance et leur maintien dans la durée.  

… Et autres « engins de torture »

La température est également testée afin de s’assurer de la tenue irréprochable de ces mêmes pièces durant les périodes de forte chaleur ou de gel. Et comme Mike Dahomay ne laisse jamais rien au hasard, il s’occupe aussi du banc dit « Servo Test ». Késako, une fois de plus ? Une sorte de table vibrante sur laquelle des pièces sont montées afin de mesurer leur résistance à ces conditions spécifiques.  

Pour illustrer concrètement cet « engin de torture » : il s’agit de tests réalisés sur des pièces fixées dans les sièges, les luminaires, les tablettes afin que le confort voyageur soit garanti en permanence, quel que soit l’état de l’infrastructure.   

Un dernier banc vient s’ajouter dans le panel des compétences de Mike Dahomay, celui de la flexion rotative. Il teste le matériau constituant un essieu afin de s’assurer qu’aucune fissure n’apparaît à la fin de l’essai. La conformité et la non-fissuration font ainsi partie de la grille de critères impérative à respecter pour être homologuée.   

Un homme orchestre

On l’aura donc compris, Mike Dahomay est sur tous les fronts. Entre les « points de 5 minutes » du matin, les suivis de prestation client, les études et devis puis la rédaction des rapports finaux avec les indicateurs de performance, ses journées sont du genre bien remplies.  

Mais cela n’empêche pas ce passionné de vidéo de mettre à profit son talent de vidéaste amateur à l’AEF. Mike Dahomay se dit ainsi animé par le désir de montrer le savoir-faire français. À des fins de communication interne, il filme donc  régulièrement « ses » bancs afin de contribuer, lui aussi, à moderniser l’image de la SNCF.  

Féru de musique, artiste, auteur et compositeur, Mike Dahomay a composé la bande-son de la vidéo corporate de l’AEF, diffusée en 2019. Et en bon « chef d’orchestre », il fut également à l’origine du concert donné avec sa troupe de musiciens lors des 20 ans de l’AEF. Ce qui lui a valu forcément un… banc d’honneur.  

1 Lit de pierres ou de graviers sur lequel repose une voie de chemin de fer.