Crédit photo en-tête de page : SNCF

Pascal Lepage, le référent accessibilité

Son travail est de se mettre à la place des autres, de s’imaginer dans un fauteuil roulant ou atteint de cécité, de comprendre les déplacements et les difficultés des passagers en situation de handicap. Pascal Lepage a ainsi dessiné des centaines de trains, et testé de nombreux aménagements à bord, afin de les rendre réellement accessibles à tous.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 5 min.

Se mettre à la page

Les gares anciennes, les trains étroits et les marches innombrables… Le ferroviaire peut vite se transformer en parcours du combattant pour les voyageurs en situation de handicap ou, plus globalement, à mobilité réduite. Des conditions d’accès compliquées que Pascal Lepage travaille à simplifier en tant que référent accessibilité au Centre d’Ingénierie du Matériel (CIM), situé au Mans. Dans son bureau, il s’emploie donc à tester les derniers aménagements afin de certifier qu’ils soient accessibles à tous.

Que dit d’ailleurs la loi ? Celle du 11 février 2005 prévoit, dans son article 45, que tout matériel roulant acquis lors d’un renouvellement de matériel ou celui faisant l’objet d’une modification substantielle, doit être accessible aux personnes handicapées ou à mobilité réduite. Si pour beaucoup de bâtiments (écoles, administrations, etc.), il « suffit » parfois de rajouter une rampe d’accès, le ferroviaire doit composer avec des exigences réglementaires, techniques et des questions d’aménagement autrement plus délicates. Et c’est là tout le défi de Pascal Lepage : concilier contraintes techniques et accessibilité.

L’architecture des matériels roulants

Parmi les temps forts de sa carrière, il se souvient du projet Eurostar et de sa collaboration avec des ingénieurs belges et anglais. « J’ai été particulièrement marqué par le pragmatisme des Britanniques, ce qui a dû laisser quelques traces par la suite dans ma façon de travailler… », remarque, amusé, Pascal Lepage. Entré à la SNCF sur concours en 1981, en tant que dessinateur, il débute en travaillant sur les plans des nouveaux trains, et plus particulièrement les voitures Corail. Sa carrière, il la mène au sein de la Direction du Matériel, où il renforce son expertise sur les questions d’aménagement intérieur et extérieur des trains. 

Comment optimiser la dimension des matériels roulants ferroviaires tout en évitant les obstacles sur la voie ? Comment concevoir les accès au train ? Cet long travail de terrain, lié à l’architecture des matériels roulants, lui permet naturellement de prendre la relève de son prédécesseur en charge des sujets d’accessibilité.

  • 1981

    Dessinateur à la Direction du Matériel

  • 1988

    Participe au groupe de projet international TGV Eurostar

  • 2002

    Ingénieur au CIM comme ensemblier caisse et aménagement et expert gabarit

  • 2016

    Devient référent sur les questions d’accessibilité

L’innovation au service de l’accessibilité

Parmi ses derniers projets ? Les systèmes installés dans certains trains et capables de diffuser à la demande des informations sonores aux personnes malvoyantes. Dotées d’une télécommande universelle (celle utilisée pour activer les signaux sonores des feux tricolores), ces dernières peuvent ainsi facilement localiser les portes d’accès au train. Les technologies du digital ouvrent, également, de nouvelles perspectives. Grâce à un appel à innovation lancé en 2018 par la Région Pays de la Loire, le CIM a récemment retenu une solution permettant de récolter et de transmettre différentes informations (numéro de voiture, destination, ouverture/fermeture des portes….) aux personnes malvoyantes via leur smartphone et ce, grâce à des balises bluetooth disposées le long des trains. 

Au sein de la « dream team » des experts

Aujourd’hui, l’expérience de Pascal Lepage est reconnue au-delà des frontières du CIM puisqu’il vient d’être sélectionné pour rejoindre le Réseau Synapses1 en tant qu’expert de niveau 2. Ce réseau, piloté par la direction Innovation & Recherche, est constitué d’experts répartis en 4 niveaux de compétences (d’expert en devenir à véritable chef d’orchestre qui transmet et rayonne dans et hors de l’entreprise). Ils sont tous reconnus pour leurs capacités à créer de l’innovation, en travaillant de manière collective et transverse. Un réseau qui devrait permettre à Pascal de sensibiliser toujours plus largement aux enjeux de l’accessibilité.

1 Le Réseau Synapses réunit près de 500 experts scientifiques et techniques de l’ensemble du Groupe. Leur raison d’être ? Promouvoir l’innovation et la recherche par des actions collectives et transverses, mais aussi assurer la pérennité et le développement d’expertises clés pour l’avenir du Groupe