Thibault Pawlak ne ronge jamais son frein

Il est passé du coup de crayon sur les bancs des Beaux-Arts aux schémas sur les bancs de freins à l’AEF1. Entré en tant que dessinateur industriel à la SNCF, Thibault Pawlak est aujourd’hui ingénieur spécialiste essai de freinage. Multi-casquettes, il jongle entre les tests sur les bancs, son rôle de représentant UIC2 et ses recherches en tant qu’expert Synapses3.

Mis à jour le

Lecture 4 min.

Adolescent, il s’imaginait griffonner à longueur de journée et pourquoi pas des bandes dessinées ? Thibault Pawlak a finalement fait de sa passion son métier ; mais version technique. Responsable des bancs freins à l’Agence d’Essai ferroviaire (AEF)1, il s’assure que les résultats de tests sont toujours en phase avec les demandes des clients.

Pour cela, l’ingénieur dispose de deux bancs d’essai de freinage, de performance et d’endurance. L’objectif ? Tester le comportement du matériau utilisé et vérifier que celui-ci corresponde bien aux critères définis avec le client lors de son homologation.

Freiner un TGV lancé à vive allure

Car si les années passent, le matériau de la semelle de frein vieillit également et il est possible qu’il ne réponde plus aux exigences actuelles de sécurité. C’est là qu’intervient Thibault Pawlak : il s’assure que la qualité requise est toujours bel et bien de mise.

Pour cela, il travaille en parallèle avec ses collègues du Centre d’Ingénierie du Matériel (CIM)4 sur les différentes problématiques rencontrées et autres recherches d’avaries dans le but de répondre au mieux aux exigences des technicentres. Car oui, on ne badine jamais avec la sécurité. Et quand il s’agit de freiner un TGV lancé à vive allure, rien ne doit évidemment être laissé au hasard. On devine, ici, toute la subtilité et la complexité du sujet.

Imaginer sur bancs ce que donne un freinage en conditions réelles est, en effet, un réel défi tant il faut prendre en compte l’ensemble des paramètres, n’omettre aucun problème plausible, voire exagérer les avaries possibles et ce, afin d’être prêt quelle que soit la configuration.

  • 2008

    Apprenti dessinateur industriel en bureau d’études mécanique au sein de l’EIV⁵ Moulin Neuf

  • 2014

    Ingénieur machine outils d’usinage à l’EIV⁵ Moulin Neuf

  • 2017

    Ingénieur spécialiste frein à l’AEF¹, située à à Vitry-sur-Seine (94)

  • 2021

    Reconnaissance Synapses niveau 1

Pas le profil au départ

Et comme il aime se torturer l’esprit, Thibault Pawlak est devenu, en plus, expert Synapses3  de niveau 1. Ses recherches se concentrent notamment sur les semelles et les garnitures de freins. Un challenge relevé haut la main pour celui qui n’avait pourtant pas le profil et n’était pas prédestiné à travailler dans le monde industriel.

Sa grande motivation mais aussi la confiance sans faille de son manager furent des facteurs décisifs dans sa progression professionnelle. Les travaux, effectués en collaboration avec des experts du CIM4 et de l’AEF1, sur les émissions de pollution lors des freinages ont été des jalons tout aussi importants.

Féru de complexité

Représentant UIC2 sur les normes de bancs de freinage, Thibault Pawlak parcourt désormais l’Europe, 4 à 5 fois par an, à la rencontre de ses homologues. Au sein de ce groupe d’experts internationaux, ça discute donc garnitures et semelles de freins. À chacun son violon d'ingres… L’enjeu de ces réunions au sommet : normer les pièces et valider collégialement certaines décisions afin d’aboutir à des modèles quasi-universels.

Voir du pays et suivre de bout en bout les évolutions de chaque partie d’un frein ? Oui, vous l’avez compris, telle est la vie de ce féru de complexité qui aime, par-dessus tout, malmener les pièces lors des tests sur bancs. 

1 Basée à Vitry-sur-Seine (94), l'Agence d'Essai Ferroviaire (AEF) regroupe 500 agents, ingénieurs et techniciens pour réaliser des tests sur le matériel roulant à toutes les étapes, de la conception à la maintenance.

En savoir plus sur l’AEF

2 L’Union internationale des chemins de fer (UIC) est une association internationale représentant au niveau mondial les entreprises ayant une activité dans le domaine du chemin de fer. Sa mission est double :

  • d’une part, de coopération entre les entreprises ferroviaires pour renforcer la cohérence d’ensemble du secteur ferroviaire, contribuer à améliorer sa compétitivité et son interopérabilité. À ce titre, l’UIC publie des « fiches » de prescriptions concernant la technique, l’infrastructure ou l’exploitation, ayant un caractère selon le cas, obligatoire, recommandé ou simplement informatif ;
  • d’autre part, de promotion du chemin de fer auprès des gouvernements et des organisations internationales. À ce titre, l’UIC représente le secteur du transport ferroviaire auprès de l’Organisation des Nations unies (ONU) avec un statut consultatif, ainsi qu’auprès de nombreuses organisations internationales, dont la Conférence européenne des ministres des Transports (CEMT).

En savoir plus

3 Le réseau Synapses regroupe plus de 500 experts techniques et scientifiques de la SNCF. Son objectif est double :

  • booster l’innovation du Groupe
  • développer des expertises-clés pour préparer l’avenir.

Économies d’énergie, confort acoustique ou nouvelles mobilités, etc. Les thèmes traités par le réseau sont divers et font appel à des compétences complémentaires.

4 Référence internationale pour l’ingénierie ferroviaire, le CIM propose son expertise dans plusieurs domaines techniques ferroviaires en contribuant aux spécifications des trains de demain et en intervenant dans toutes les étapes de la vie d’un matériel.

5 EIV pour « Établissement Industriel de la Voie ».