Publié le

Un tablier tout neuf pour le viaduc de Gilly-sur-Loire

Un an de travaux a été nécessaire pour installer le nouveau tablier du viaduc de Gilly-sur-Loire. Les trains de la ligne Moulins-Mâcon y circulent à nouveau à 90 km/h au lieu de 40 km/h.

Un ouvrage d’art majeur

Reliant les gares de Gilly-sur-Loire en Saône-et-Loire et de Diou dans l’Allier, ce viaduc ferroviaire, datant de 1862, est considéré comme l’un des ouvrages d’art majeurs de la région Sud-Est. L’ancienneté de l’ouvrage et son état ont conduit SNCF Réseau à le mettre sous surveillance renforcée en 2011 et à réduire la vitesse de circulation sur cette portion de ligne.

Un peu d’histoire

Le viaduc franchissant la Loire comportait à l’origine deux tabliers métalliques supportant chacun une voie. Suite à leur destruction durant la seconde guerre mondiale, seul un tablier avait été reconstruit en 1945.

Bouquet final d’un an de travaux

La rénovation du viaduc aura duré un an, le temps nécessaire pour mener à bien une opération spectaculaire : le ripage des 286 mètres de son tablier. Le 24 août dernier, à l’aide de 8 vérins hydrauliques et de plaques de glissage, le nouveau tablier a ainsi été conduit jusqu’à son emplacement définitif.

Une fois la manœuvre effectuée, le matériel nécessaire à la circulation des trains (ballast, rails, signalisation, etc.) ainsi que les équipements de sécurité ont ensuite été mis en place.

10,5 millions d’euros financés par SNCF Réseau

L’environnement préservé

Le chantier se déroulant sur des zones protégées Natura 20001, deux ans d’études environnementales ont précédé sa mise en route. Durant les travaux, de nombreux aménagements écologiques ont donc été mis en place afin de protéger la biodiversité.

1Réseau de sites naturels visant à préserver la biodiversité en Europe (26 000 sites protégés, soit  1/5e de l’UE)

En savoir plus sur SNCF Réseau et le développement durable

Une bonne nouvelle pour la région

Clauses d’insertion

SNCF Réseau participe activement au dynamisme des territoires. Nous avons ainsi prévu des clauses d’insertions obligatoires pour les entreprises qui participent aux travaux. Au 31 juillet, plus de 6 400 heures d’insertion furent réalisées, pour un objectif initial de 3 000 heures, soit un dépassement de l’objectif de plus de 110 %.

Créations d’emploi

Des emplois ont également été créés au sein de l’économie locale. Au total, 14 personnes sont intervenues sur le chantier dans le cadre de cette clause d’insertion et deux d’entre elles ont été embauchées en contrat à durée indéterminée (CDI). Ce chantier a également mobilisé plus de 50 agents qui ont participé au développement de l’hôtellerie, de la restauration, du logement et des commerces locaux.