Crédit photo en-tête de page : Christophe Recoura

Fébus de Pau : embarquez à bord du 1ᵉʳ BHNS à hydrogène au monde

Découvrez comment ce réseau de bus à haut niveau de service (BHNS) à hydrogène, exploité depuis décembre 2019 avec l’appui technique de notre société Keolis, transforme les déplacements des voyageurs palois au quotidien. 

Publié le | Mis à jour le

Lecture 5 min.

Le voyage en bus réinventé

Ses grandes portes vitrées s’ouvrent et les voyageurs embarquent, à l’avant comme à l’arrière, à mesure que les “bip” de validation des tickets sans contact retentissent à bord. Chacun prend place, dans une odeur de cuir neuf, avant que le bus ne quitte la gare de Pau pour gagner, en silence, les ruelles escarpées de la vieille ville et desservir les 14 stations réparties le long des différents points stratégiques palois (administrations, universités, commerces, hôpital, gare…).

Ce ballet quotidien se répète toutes les 8 à 10 minutes dans la capitale du Béarn, depuis le 17 décembre dernier et la mise en service par Idelis, le réseau de transport public urbain palois, avec l’appui technique de notre société Keolis, d’une flotte de 8 nouveaux bus à haut niveau de service (BHNS) baptisée Fébus. 

Tramway sur roues

La promesse du Fébus ? Effectuer les 6 km qui séparent la gare de Pau, au sud, de l’hôpital François-Mitterrand, au nord, en 17 minutes. Tout en offrant aux voyageurs un confort et une qualité de service dignes d’un tramway.

Un pari tenu, selon Diana, intérimaire dans le secteur de la production aéronautique, habituée des bus palois. « La possibilité d’acheter mon billet en station, l’info trafic en temps réel via l’appli, ou aux arrêts, la fréquence des passages ou encore l’espace à bord... J’ai vraiment l’impression de retrouver le tram de Bordeaux en termes de régularité et de confort », explique cette ancienne Bordelaise venue s’installer dans les Pyrénées-Atlantiques à l’été 2019.

  • 17

    minutes sont nécessaires pour parcourir les 6 km de la ligne F (gare de Pau - Hôpital)

  • 8

    BHNS à hydrogène Fébus circulent 7j/7 à Pau

  • 1

    bus toutes les 8 minutes aux heures de pointe (10 minutes en heures creuses)

  • 14

    stations équipées d’une connexion Wifi sont desservies par la ligne F du Fébus

Élégance et services aux voyageurs

La livrée noire et grise de 18m de long, 2,5m de large et 19 tonnes, conçue spécialement pour la ville de Pau par la société belge Van Hool en collaboration avec le designer Julien Gaubert, allie sobriété et style.

Disséminées de part et d’autre des sièges ergonomiques en cuir marron, des plateaux en bois et des prises électriques sont à la disposition des voyageurs. « Bien pratique quand je suis en galère de batterie », glisse Thomas, son smartphone en main. « Et puis, c’est beaucoup plus confortable que le T2 (l’ancien bus, ndlr). Même si ça reste quand même bondé aux heures de pointe, les voies réservées au bus nous font gagner pas mal de temps », poursuit l’étudiant en comptabilité de 24 ans, alors que Fébus file à vive allure en quittant la station Condorcet - Université où un flot d’étudiants vient de s’engouffrer à bord. 

  • À l’intérieur de la livrée noire et grise, 32 sièges en cuir marron accueillent les voyageurs. Les plafonniers diffusent une lumière douce sur les panneaux en formica, effet bois, et les parois blanc coton du Fébus.

  • Des tablettes en bois et des prises électriques sont accessibles pour poser son smartphone et le recharger.

  • Le Fébus effectue 85% de son parcours sur des voies qui lui sont exclusivement dédiées. Prioritaire aux feux tricolores et sur les ronds-points spécialement aménagés, il parcourt les 6km de la ligne F en 17 minutes.

  • Avec ses 18,23 m de long et 2,55 m de large, le Fébus peut accueillir jusqu’à 125 voyageurs à bord. La pile à hydrogène du bus alimente un moteur électrique disposant d’une autonomie de 240 km.

  • 14 stations sont desservies par les 8 Fébus. Elles sont équipées de bornes d’achat de tickets, disposent d’une connexion Wifi et informent, en temps réel, les voyageurs sur les conditions de circulation et la fréquence des bus.

1/5

Rapidité et accessibilité

« C’est plus cool, plus grand, plus facile, plutôt économique à 1 euro le ticket. Et on n’a plus à attendre que les files de voitures démarrent aux feux », renchérit Zélim, 25 ans, apprenti pâtissier à l’université des métiers. Avec 85% du trajet effectué en site propre, la mise à disposition de parkings-relais gratuits sur le tracé du Fébus pour inciter les automobilistes à laisser leur voiture, ou encore la priorité aux feux tricolores et aux ronds-points, le BHNS est donc aussi synonyme de gain de temps par rapport à un bus classique. 

À l’arrière du Fébus, Suzanne, 82 ans, et Emmanuelle, 40 ans, discutent, elles, de son accessibilité aux personnes à mobilité réduite. « Avoir le bus qui arrive à hauteur du quai est un vrai plus », se félicite la seconde les bras chargés de sacs de courses. « Mais, continue-t-elle, n’ayant jamais vécu dans une ville avec des tramways, je n’ose pas encore entrer à l’arrière. Question d’habitude, sans doute ! » « Moi, je rentre n’importe où pourvu que l’on ne m’oublie pas sur le quai ! », sourit Suzanne. Cette retraitée emprunte Fébus « trois fois par semaine », aussi bien pour se rendre à ses « cours de gym et de yoga » que pour flâner en centre-ville.

1

le ticket² acheté aux distributeurs des stations, chez les commerçants ou en ligne.

Figure moyenâgeuse, propulsion du futur

Mais l’innovation la plus notable du nouveau bus palois n’est pas visible au premier coup d’œil. Elle se cache sous son toit…Si Fébus doit son nom à Gaston III, incontournable figure médiévale du XIVe siècle, comte de Foix et seigneur de Béarn - autoproclamé Fébus, « dieu du soleil » en graphie occitane -, le mode de propulsion du BHNS est, lui, résolument tourné vers l’avenir. En effet, une pile à hydrogène produit l’énergie nécessaire à l’alimentation du moteur électrique du bus pendant qu’il roule.

Ce procédé, unique au monde pour un bus de 18 mètres, ne rejette aucun gaz à effet de serre mais de la vapeur d’eau et garantit à chaque Fébus une autonomie de 240 km par jour. « Le Fébus n’a pas révolutionné ma vie, mais j’ai une fibre écologique et si je peux contribuer à préserver un tant soit peu la planète, en choisissant ce bus plutôt qu’un autre moyen de transport, c’est une bonne chose », explique Emilien, 27 ans.

De l’hydrogène made in Pau

La mise en service de ce BHNS innovant a nécessité la construction d’une station de production et de distribution d’hydrogène. Inaugurée en septembre 2019, celle-ci est située au sein du dépôt de bus Idelis de Pau. 

Jusqu’à 268 kg d’hydrogène y sont produits chaque jour par un électrolyseur. Le principe ? Utiliser de l’électricité pour décomposer la molécule d’eau et créer ainsi l’hydrogène (et du dioxygène) nécessaire à la propulsion des bus. Et si, pour l’heure, l’énergie consommée provient du réseau électrique, elle sera prochainement captée directement par des panneaux solaires installés à proximité de la station pour une électricité verte et entièrement renouvelable.

  • 1000 litres d’eau sont dispersés dans l’air chaque jour par Fébus sous forme de vapeur

  • 2 tonnes de dioxygène par jour. Soit la production d’oxygène d’une forêt de 62 ha par an.

Silence, ça roule

« Faut l’avouer, c’est aussi beaucoup plus silencieux », constate par ailleurs Diana alors que le Fébus accélère dans les pentes de l’avenue Bonaparte en émettant un léger sifflement. « Et puis, poursuit la cliente de 45 ans, je ne sais pas si c’est lié au moteur ou au conducteur mais je trouve qu’il y a beaucoup moins d’à-coups ». 

48 chauffeurs Idelis ont effectivement été formés pour « dompter » Fébus et sa motorisation innovante. A l’intérieur, les chauffeurs ont aussi dû appréhender un tout nouveau poste de conduite, totalement isolé des voyageurs, de nouveaux voyants et des procédures de sécurité spécifiques au silence du bus à hydrogène, telles que le signalement systématique, au klaxon, de leur présence aux autres usagers de la route et aux piétons.

Plus de 74 M€ d’investissements

74,5 M€ d’investissements ont été nécessaire à la réalisation du projet Fébus :

  • 50 M€ pour les travaux d’aménagement
  • 10 M€ pour les bus
  • 4,5 M€ pour la station à hydrogène

Ce projet, financé à hauteur de 58 M€ par le syndicat mixte Pau Béarn Pyrénées Mobilités, a reçu près de 16 M€ de subventions de la part de l’État, de la communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées, de la ville de Pau et de l’Union européenne.

En savoir plus

1 Chaque bus peut accueillir 125 voyageurs au maximum. 32 places assises sont disponibles.

2 Le prix du ticket est de 1€ (+0,20€ d’éco-participation lors du 1er achat) aux distributeurs des stations Fébus et chez les commerçants partenaires, ou sur la boutique en ligne.