Publié le

La 1re LGV d’Afrique inaugurée au Maroc

Le 15 novembre dernier, la première ligne à grande vitesse d’Afrique a été inaugurée au Maroc par le roi Mohammed VI, en présence du Président Emmanuel Macron et de Guillaume Pepy, président du directoire SNCF. 

De Casablanca à Tanger via Rabat

Étape majeure dans l’histoire du rail en Afrique, la 1re ligne à grande vitesse du continent relie désormais Casablanca à Tanger en 2h10 au lieu de 4h45 auparavant. 

Ce nouveau service ferroviaire a pour nom commercial « Al Boraq », en référence à un cheval ailé issu de la tradition islamique.

Douze rames de TGV Duplex Alstom 2N2 circulent désormais sur cette ligne à une vitesse commerciale de 320 km/h. Un record de 357 km/h a néanmoins été établi, le 4 mai 2018, sous la conduite d’un cheminot marocain entre Tanger et Kénitra. 

357 km/h, record de vitesse sur rail du continent africain

Vidéo : Le Maroc à l’ère de la grande vitesse

Une collaboration de bout en bout

Signé en 2007, le protocole d’accord entre le Maroc et la France a initié un partenariat stratégique couvrant l’ensemble du projet : 

  • la conception 
  • la construction
  • l’exploitation 
  • la maintenance de la ligne

Dès 2009, une équipe d’experts SNCF a donc accompagné l’Office national des chemins fer du Maroc (ONCF) pour chacun des lots techniques de la réalisation de la ligne à grande vitesse. 

Retrouvez toutes les dates clés de la LGV au Maroc

2011 Lancement officiel des travaux pour la LGV au Maroc

Un partenariat construit « en miroir »

Sur chacun des grands métiers, des binômes SNCF/ONCF ont été constitués afin de conjuguer efficacement la connaissance du terrain avec le savoir-faire propre aux lignes à grande vitesse. 

Aujourd’hui, le partenariat couvre essentiellement la formation avec notamment la co-création, en 2015, de l’Institut de Formation Ferroviaire (IFF) à Rabat mais également l’assistance technique et la maintenance. Sur ce dernier point, SNCF Réseau accompagne l’ONCF pour une durée de deux ans minimum.

En savoir plus sur l’IFF

Mot à mot

«  Cette nouvelle ligne est à l’image des enjeux de notre époque. Notre relation bilatérale avec l’ONCF est porteuse de performance technologique et de réussite humaine. Elle est mobilisée au service des territoires et de la mobilité durable. »

Guillaume Pepy, président du Directoire SNCF 

De nombreux ouvrages d’art

Afin de réaliser cette ligne qui traverse certaines zones inondables, 286 ouvrages d’art ont été construits dont 13 viaducs. Le plus impressionnant d’entre eux, le viaduc d’El Hachef au sud de Tanger est long de 3,5 kilomètres et a nécessité un investissement de 100 millions d’euros. 

  • Chantier de El Hachef, l’un des 12 viaducs construits sur la LGV.

  • 169 ponts routes et ponts rails ont été construits pour ce projet.

  • 4 tonnes, c’est la quantité de ballast étendue par mètre de voie LGV, soit 1,6 million de tonnes au total.

  • 357 km/h, c’est le record de vitesse sur rail du continent africain.

  • 6 millions, c’est le nombre de passagers par an que l’ONCF transportera avec Al Boraq, à raison de 12 à 15 liaisons par jour.

1/5