Imprimer la page
Partager la page

Le train en France depuis 1827

Depuis la première ligne de chemin de fer en 1827, le train a connu péripéties humaines, défis technologiques, révolutions culturelles... Découvrez l'histoire du train et de ceux qui le font.



  1.  
  2. 1827
  3. 1837
  4. 1841
  5. 1842
  6. 1849
  7. 1852
  8. ...

1841

LA PREMIÈRE GRANDE LIGNE INTERNATIONALE EUROPÉENNE DE STRASBOURG À BÂLE: LES PRÉMICES DU CHEMIN DE FER EUROPÉEN

En 1841 la ligne qui va  de Strasbourg à Bâle est mise en service : elle couvre une distance de 140 km et c’est la plus longue de France.
Il ne s’agit plus, cette fois, d’un tronçon de chemin de fer répondant à un besoin local, mais bel et bien d’une ligne à vocation internationale qui va relier la France à la Suisse, concurrençant une autre ligne de chemin de fer, de l’autre côté du Rhin, en Allemagne. Cette ligne, exploitée sous le nom de la «Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle» est construite à l’initiative de Nicolas Kœchlin, industriel du textile alsacien, qui a déjà obtenu l’autorisation de construire la ligne de Mulhouse à Thann.

 



1842

UN PLAN D’ENSEMBLE POUR LE CHEMIN DE FER : L’ÉTOILE DE LEGRAND

En quinze ans, de 1827 à 1842, on ne construit que 569 km de lignes ferroviaires en France. Mais on se rend compte de l’intérêt exceptionnel que le chemin de fer peut jouer dans le développement de l’économie nationale. On parle de révolution industrielle, de facilitation des échanges de marchandises et de moyen de déplacement pour la population. Baptiste Alexis Victor Legrand, directeur général des Pont et Chaussées et des Mines, propose au gouvernement un plan d’ensemble d’un vrai réseau de chemin de fer en France. L’Étoile de Legrand propose une étoile à cinq branches au départ de Paris pour rejoindre les frontières du Nord-Est, la Manche, l’Atlantique et la Méditerranée. Il définit ainsi cinq lignes à construire : Paris à Lille, Paris à Strasbourg, Paris au Havre, Paris-Lyon-Marseille et Paris-Bordeaux-Hendaye.


1849

LA CONSTRUCTION DE GARES MONUMENTALES

Lors de la création des grandes compagnies, celles-ci entreprennent la construction de gares monumentales.


  • La gare de l’Est : inaugurée en 1849, elle s’agrandit en 1854, en 1900 puis en 1931.
  • La gare de Lyon : la gare primitive date de 1849. L’actuelle a été inaugurée en 1901.
  • La gare du Nord : la première gare est construite en 1846. Elle est démolie vers 1860. Le bâtiment actuel date de 1864.
  • La gare Montparnasse : le premier embarcadère du Maine de 1840 laisse place à un bâtiment construit en 1852. Une nouvelle gare sera construite en 1969, plus loin que l'ancienne.
  • La gare Saint Lazare : l’embarcadère de l’Europe de 1837 pour le départ de la ligne de Saint-Germain est remplacé en 1867.
  • La gare d’Austerlitz : en 1843 est inauguré l’embarcadère du Jardin des plantes qui laisse la place en 1869 au bâtiment actuel.

1852

SUR LE CHEMIN DE FER FRANÇAIS, DES LOCOMOTIVES ANGLAISES

En 1844, la première grande ligne de chemin de fer relie Paris à Rouen. Sa concession est accordée à une compagnie franco-anglaise. Pour l’exploiter, un ingénieur britannique, William Barber Buddicom, fait construire dans un atelier de Rouen 40 locomotives à vapeur dont la vitesse maximale est de 60 km/h.


En 1846, une ligne de 120 km relie Avignon à Marseille. La compagnie commande neuf machines à un ingénieur anglais, le premier grand constructeur industriel de locomotives : Robert Stephenson, qui, avec son fils Robert, inventa la fameuse « Rocket » (la fusée), qui fut construite en Angleterre.

En 1852, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg achète les locomotives à vapeur conçues par Thomas Russell Crampton. Construites sous licence à Paris, elles remorquent les trains à la vitesse incroyable, pour l’époque, de 120 km/h : on les appelle les lévriers du rail !


1883

PARIS-CONSTANTINOPLE : LA LÉGENDE DE L’ORIENT EXPRESS

En 1876, Georges Nagelmackers fonde la Compagnie internationale des wagons-lits. Cet ingénieur belge, à l’issue d’un voyage aux États-Unis, où il a pu apprécier le confort des trains aménagés par Georges M. Pullman, a l’idée de faire circuler des trains capables de franchir les frontières de l’Europe.


Pour permettre à une clientèle aisée de retrouver le confort des grands hôtels, ses trains sont composés de voitures Pullman dotées de larges fauteuils, de voitures-lits de luxe et d’une voiture-restaurant. La décoration intérieure comprend des panneaux de marqueterie en bois précieux et des motifs en verre moulé de Lalique.

Le 5 juin 1883 l’Express d’Orient est inauguré. Il relie la gare de Paris-Est à Constantinople (Istanbul) via Strasbourg, Munich, Vienne, Budapest et Bucarest. Il est appelé Orient-Express à partir de 1891.


1888

DES OUVRAGES D’ART POUR TRAVERSER LA FRANCE, DONT LE CÉLÈBRE VIADUC DE GARABIT

Les différentes lignes ferroviaires doivent s’adapter à la géographie des territoires traversés. Les zones montagneuses imposent de nombreux ponts, viaducs et tunnels comme la ligne des Cévennes, construite par la Compagnie du Paris Lyon Méditerranée, où l’on dénombre 101 tunnels en 153 km.


La traversée des Alpes impose la construction d’un grand tunnel sous le Mont-Cenis de 12 km pour rejoindre l’Italie au départ de Modane.
La Compagnie du Midi construit, sur la ligne de Neussargues à Béziers, le viaduc de Garabit, d’une longueur de 564 m. Il s’agit du premier grand ouvrage d’art métallique français. Conçu par l’ingénieur Léon Boyer, il a été construit de 1882 à 1884 par Gustave Eiffel. Long de 448 m, le tablier qui supporte la voie unique se trouve à 122 m au-dessus de la rivière. L’ouvrage est désormais inscrit sur la liste du patrimoine.