Imprimer la page
Partager la page

Le train en France depuis 1827

Depuis la première ligne de chemin de fer en 1827, le train a connu péripéties humaines, défis technologiques, révolutions culturelles... Découvrez l'histoire du train et de ceux qui le font.



  1. ...
  2. 1883
  3. 1888
  4. 1897
  5. 1900
  6. 1907
  7. 1914
  8. ...

1883

PARIS-CONSTANTINOPLE : LA LÉGENDE DE L’ORIENT EXPRESS

En 1876, Georges Nagelmackers fonde la Compagnie internationale des wagons-lits. Cet ingénieur belge, à l’issue d’un voyage aux États-Unis, où il a pu apprécier le confort des trains aménagés par Georges M. Pullman, a l’idée de faire circuler des trains capables de franchir les frontières de l’Europe.


Pour permettre à une clientèle aisée de retrouver le confort des grands hôtels, ses trains sont composés de voitures Pullman dotées de larges fauteuils, de voitures-lits de luxe et d’une voiture-restaurant. La décoration intérieure comprend des panneaux de marqueterie en bois précieux et des motifs en verre moulé de Lalique.

Le 5 juin 1883 l’Express d’Orient est inauguré. Il relie la gare de Paris-Est à Constantinople (Istanbul) via Strasbourg, Munich, Vienne, Budapest et Bucarest. Il est appelé Orient-Express à partir de 1891.


1888

DES OUVRAGES D’ART POUR TRAVERSER LA FRANCE, DONT LE CÉLÈBRE VIADUC DE GARABIT

Les différentes lignes ferroviaires doivent s’adapter à la géographie des territoires traversés. Les zones montagneuses imposent de nombreux ponts, viaducs et tunnels comme la ligne des Cévennes, construite par la Compagnie du Paris Lyon Méditerranée, où l’on dénombre 101 tunnels en 153 km.


La traversée des Alpes impose la construction d’un grand tunnel sous le Mont-Cenis de 12 km pour rejoindre l’Italie au départ de Modane.
La Compagnie du Midi construit, sur la ligne de Neussargues à Béziers, le viaduc de Garabit, d’une longueur de 564 m. Il s’agit du premier grand ouvrage d’art métallique français. Conçu par l’ingénieur Léon Boyer, il a été construit de 1882 à 1884 par Gustave Eiffel. Long de 448 m, le tablier qui supporte la voie unique se trouve à 122 m au-dessus de la rivière. L’ouvrage est désormais inscrit sur la liste du patrimoine.


1897

4e CLASSE ET VAPEUR LÉGENDAIRE

La traction vapeur, immortalisée en 1897 par la caméra des frères Lumière dans L’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat, doit se moderniser. Il faut, pour remorquer les trains de voyageurs toujours plus nombreux et mieux équipés (voitures plus longues et plus lourdes), des locomotives plus puissantes, plus rapides.

C’est ainsi que quelques années plus tard, en 1907, les prototypes de la légendaire « Pacific », d’un nouveau type, le « 231 » (un bogie avant à deux essieux, trois roues motrices accouplées et un essieu arrière porteur) voient le jour. Cette locomotive sera immortalisée par le compositeur Arthur Honegger dans Pacific 231.

En 1906, le réseau de l’Alsace-Lorraine crée une 4e classe (depuis leur création, les trains de voyageurs proposent trois classes différentes) pour ses dessertes omnibus, en déclassant des voitures. On y voyage surtout debout.

Vidéo :
Arrivée d'un train à la Ciotat - Louis Lumière, été 1897 © Association frères Lumière

1900

LA BOÎTE À SEL : PREMIÈRE LOCOMOTIVE ÉLECTRIQUE FRANÇAISE POUR CIRCULER DANS PARIS

En 1898, la gare d’Austerlitz, gare origine du réseau de la Compagnie du Paris-Orléans, est très éloignée du cœur de la capitale. La compagnie décide de prolonger sa ligne de 3,8 km vers le centre et de construire une gare, Paris-Orsay (devenue le musée d’Orsay).


Cette section ne peut être établie qu’en souterrain. Les trains à vapeur sont écartés en raison des problèmes d’évacuation des fumées. Les ingénieurs y feront circuler des trains électriques.

Huit locomotives, équipées de frotteurs qui captent le courant par l’intermédiaire d’un troisième rail d’alimentation latéral (comme dans le métro parisien), seront livrées entre 1900 et 1904. Elles sont surnommées « boîtes à sel » à cause de leur physionomie, une cabine de conduite centrale et deux capots moteurs inclinés de part et d’autre.


1907

LA LOCOMOTIVE À VAPEUR QUI ENTRE DANS LA LÉGENDE ET LA MÉMOIRE COLLECTIVE : LA PACIFIC

Au début du 20ème siècle la Compagnie du Paris à Orléans – P.O.- estime que son parc de locomotives à vapeur ne possède pas de locomotives assez puissantes pour remorquer les trains de voyageurs rapides et express devenant de plus en plus lourds.
Le chemin de fer poursuit sa croissance avec de nouvelles ouvertures de lignes et un développement incessant du nombre de voyageurs. Pour faire face à cette croissance les voitures voyageurs se modernisent faisant appel à des structures métalliques et un équipement sur bogies. Elles sont plus longues pour accueillir plus de voyageurs, mais aussi plus lourdes.
Il  faut donc de nouvelles locomotives plus puissantes et plus rapides. La Compagnie du P.O. et la Société Alsacienne de Construction Mécanique (SACM) étudient ensemble un nouveau type de locomotives à vapeur composé d’un bogie avant à 2 essieux, de 3 roues motrices accouplées et d’un essieu arrière porteur. Ce type de locomotive « 231 » est dénommé « Pacific ». Les premiers prototypes apparaissent en 1907 : ce sont les premières locomotives d’une série devenue légendaire auprès des professionnels ferroviaires, des connaisseurs et du grand public et immortalisées par la musique d’Arthur Honneger « Pacific 231 ».



1914

LE CHEMIN DE FER PENDANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Le 2 août 1914, l’autorité militaire prend le contrôle du réseau ferroviaire national pour une durée de quatre ans et demi. Le matériel et le personnel sont mobilisés et affectés au transport des troupes.

C’est lors des campagnes de Crimée (1855) et d’Italie (1859) que le chemin de fer a commencé ses missions d’intérêt stratégique. Après les événements de 1870, une commission définit les obligations respectives de l’Etat et des compagnies ferroviaires. Un décret impose aux compagnies l’apposition sur les wagons couverts aptes au transport militaire d’un cartouche mentionnant le nombre de soldats ou de chevaux pouvant y être transportés : « Hommes 40 – Chevaux en long 8 ».

La gare de l’Est a vu partir de nombreux soldats. Un immense tableau dû au talent du peintre Albert Herter y est exposé, qui rappelle cet épisode où le chemin de fer joua un rôle capital.