Imprimer la page
Partager la page

Le train en France depuis 1827

Depuis la première ligne de chemin de fer en 1827, le train a connu péripéties humaines, défis technologiques, révolutions culturelles... Découvrez l'histoire du train et de ceux qui le font.



  1. ...
  2. 1987
  3. 1990
  4. 1994
  5. 1996
  6. 1997
  7. 1999
  8. ...

1987

SNCF LANCE UN NOUVEAU LABEL DE QUALITÉ POUR SES DESSERTES RÉGIONALES : LE TER, COMME TRANSPORT EXPRESS RÉGIONAL

En 1984 débute la décentralisation du transport au niveau régional, ainsi que les premières négociations entre la SNCF et les régions. L’objectif : signer des conventions pour les dessertes régionales. En 1987, alors que seules trois régions n’ont pas encore de convention avec l’entreprise nationale, la SNCF lance la marque TER – Transport Express Régional - accompagnée d’une charte.


Elle souhaite ainsi apporter aux dessertes que l’on appelait auparavant « omnibus », un label de qualité pour moderniser les transports régionaux, développer le trafic et valoriser le rôle de la SNCF et des régions.
La SNCF va appliquer progressivement le nouveau logo TER sur les matériels, les gares et les documents commerciaux. Elle propose également d’unifier les livrées des matériels souvent disparates, suivant les régions. La région a le choix entre quatre couleurs : rouge, vert, jaune ou bleu, et peut apposer son logo régional sur un emplacement déterminé. Avec la dénomination TER va disparaître un autre nom souvent utilisé dans le langage populaire des voyageurs des lignes secondaires empruntant un autorail : la « Micheline ». Désormais, sur les lignes régionales, on ne prend plus la Micheline mais on prend le TER !


1990

515,3 KM/H : LE TGV ATLANTIQUE ENTRE DANS L’HISTOIRE !

Le 18 mai 1990, la rame TGV 325 atteint 515,3 km/h près de la gare de Vendôme : le record mondial de vitesse est pulvérisé. La SNCF confirme, neuf ans après la mise en service des premiers TGV entre Paris et Lyon, sa maîtrise de la grande vitesse.


Pour desservir la ligne Atlantique, la SNCF commande auprès d’Alsthom une série de 105 rames TGV, qui seront livrées entre 1988 et 1992. Le nouveau TGV arbore une nouvelle livrée bleu et argent, il est plus performant, plus confortable et plus rentable.

Il est conçu pour rouler à 300 km/h. Son freinage est plus puissant et de nouveaux pantographes sont adaptés à cette nouvelle vitesse de pointe. La signalisation de cabine tient compte également de cette progression et l’informatique équipe de nombreux instruments de bord.


1994

DE PARIS A LONDRES EN 3H, DE LILLE A LYON À GRANDE VITESSE

Le projet de tunnel ferroviaire sous la Manche est décidé le 20 janvier 1986.
Le tunnel est inauguré officiellement le 6 mai 1994 par le président français et la reine d’Angleterre.


La société Eurotunnel l’exploite avec des « shuttles », navettes transportant camions, voitures ou autocars entre les terminaux de Calais et de Folkestone. Elle assure également le passage des trains de fret et des Eurostar. Le train à grande vitesse relie Paris à Londres en 3h depuis le 14 novembre 1994.

En 1993, la France dispose de trois lignes TGV, toutes au départ de Paris. On construit alors une ligne d’interconnexion qui évite la capitale pour améliorer les relations province-province et constituer un véritable réseau à grande vitesse, parcourable à 270 km/h, qui évite les zones urbaines denses et qui va devenir européen.


1996

THALYS, DUPLEX, DES DÉFIS TECHNOLOGIQUES AU SERVICE DE LA GRANDE VITESSE

Après l’Eurostar, un autre projet intéresse les relations entre Paris, Bruxelles, Cologne et Amsterdam. Le Thalys, avec ses rames spécifiques parées de rouge et de gris, desservira les quatre réseaux ferroviaires en étant équipé de tous les systèmes de signalisation, de sécurité et de captation de courant propres à chacun.


Fin 1996, la SNCF met en service une série de 30 nouveaux TGV à deux étages entre Paris et Lyon. Les Duplex offrent une capacité accrue de 40%, soit 516 places.


1997

CRÉATION DE L’ÉPIC RÉSEAU FERRÉ DE FRANCE

Le 1er janvier 1997 est créé un établissement public à caractère industriel et commercial : le Réseau Ferré National. Son objet : l’aménagement, le développement et la mise en valeur de l’infrastructure du réseau ferré national. Sa consistance et ses caractéristiques principales sont fixées par l’État.


La gestion du trafic et des circulations sur le réseau ferré national, ainsi que le fonctionnement et l’entretien des installations techniques et de sécurité de ce réseau, sont assurées par la SNCF pour le compte et selon les règles définies par Réseau Ferré National.

Les biens constitutifs de l’infrastructure et les immeubles non affectés à l’exploitation des services de transport appartenant à l’État et gérés par la SNCF sont apportés en pleine propriété à Réseau Ferré National, appelé par la suite Réseau Ferré de France.


1999

LE NOUVEAU LABEL DE QUALITÉ DES TRAINS
DE LA BANLIEUE PARISIENNE : TRANSILIEN SNCF

Le 1er septembre 1999, la première classe est supprimée sur le réseau Île-de-France. Désormais les trains sont à classe unique.
Le réseau SNCF, qui assure chaque jour près de 2 millions de voyages, s’adapte aux évolutions de l’urbanisme.


Confrontée aux exigences d’un service public rénové et de qualité, la SNCF s’engage, avec l’aide du Syndicat des transports parisiens et de la Région, sur un programme pour offrir à l’ensemble des clients un label qualité pour les gares et les trains de la région : Transilien SNCF.

Ce label correspond à trois orientations : changer radicalement l’ambiance des trains et des gares, innover pour faciliter les déplacements des Franciliens et se rapprocher des voyageurs et des élus locaux pour répondre au mieux à leurs attentes.