Imprimer la page
Partager la page

UN JEU TRÈS SÉRIEUX

Si le recrutement, et notamment celui des jeunes, qu’ils soient cadres ou non, est une chose extrêmement sérieuse pour SNCF, l’entreprise déploie une créativité sans borne pour approcher les meilleurs candidats, comme avec le « serious game », qu’elle a lancé en septembre dernier auprès des écoles d’ingénieurs et qui vient de se terminer.


Pour attirer à elle les profils les plus recherchés et faire face à une pyramide des âges vieillissante, SNCF a effectué plus de 10 000 recrutements en 2012. Forte augmentation du trafic, importants travaux de rénovation de son infrastructure, les besoins, notamment d’ingénieurs et de spécialistes techniques, sont lourds.

Alors que la filière de formation des ingénieurs suffit à peine à fournir en France les besoins des entreprises du CAC 40, SNCF se démène pour les séduire. C’est le cas depuis six mois avec un exercice particulièrement original, « Défi ingénieurs », le « serious game » (jeux sérieux) que la SNCF a lancé auprès des écoles d’ingénieurs le 24 septembre dernier.

Pour faire découvrir ses métiers aux étudiants, diplômés ou ingénieurs expérimentés, tous ont été invités online à une expérience ludique les mettant face à des situations que rencontrent au quotidien les ingénieurs du groupe SNCF. De quoi exposer la diversité et la richesse des métiers proposés sans longs discours. Construire un viaduc, gérer la circulation ferroviaire de plusieurs trains sur une même ligne, maîtriser une alerte météorologique, autant de challenges auxquels les joueurs ont été confrontés, dans des conditions des plus réalistes. Pour les encourager à se dépasser, le volet social du dispositif a permis aux équipes des différentes écoles d’ingénieurs ou universités françaises de s’affronter pour savoir laquelle serait à la hauteur des challenges imaginés par les ingénieurs de SNCF. Les équipes des écoles arrivées premières ont remporté de beaux voyages autour du monde. Pas des séjours d’agrément, non, de véritables voyages d’études ferroviaires qui les ont emmenés par exemple au Maroc ou encore à Moscou. L’occasion de partir sur le terrain pendant une semaine à la rencontre des hommes et des femmes du groupe SNCF dont ils ont virtuellement fait connaissance dans le jeu.

Après les premiers départs en mars, d’autres équipes d’étudiants sont attendues dans les semaines qui viennent en Chine ou encore à Melbourne, afin d’étudier au plus près certains projets SNCF de développement d’infrastructures ferroviaires ou de transport. De quoi à la fois mieux faire connaître ses activités et booster ses recrutements d’ingénieurs.

> Contact

Pour plus d’informations, contactez Caroline Collier, attachée de presse SNCF : 01 53 25 62 52, caroline.collier@sncf.fr