Imprimer la page
Partager la page

Développement PRODUCTIF : A LA SNCF AUSSI

Entretien avec Cyril Garnier, directeur général SNCF Développement.


A quoi sert SNCF Développement ?

C’est une structure qui aide SNCF dans sa relation aux territoires pour proposer une compensation à une évolution parfois difficile de l’emploi SNCF. Dans certains sites historiques, il y a moins d’activité fret et ferroviaire que par le passé. Il faut donc aider ces territoires à recréer d’autres activités et à imaginer avec eux un futur bassin d’emploi.

Pourtant SNCF n’est pas soumise à la loi de revitalisation ?

Effectivement. Nous n’y sommes soumis que pour les filiales. Mais nous considérons comme de notre devoir sociétal d’aider à développer des projets non SNCF pour compenser l’emploi cheminot qui disparaît dans des bassins d’emploi très fragiles. SNCF est un groupe socialement responsable, donc même lorsque nous avons moins de monde dans un territoire, notre vocation, en tant que leader de la mobilité est de demeurer sur l’ensemble du territoire de manière durable. C’est un vrai choix d’entreprise revendiqué.

Concrètement, comment cela se traduit-il ?

Nous imaginons avec les territoires de nouveaux projets, nous accompagnons la mutation industrielle et nous facilitons la création de nouvelles activités. C’est ce qu’on appelle maintenant le « redressement productif ». Nous intervenons toujours en appui des collectivités locales, des représentants de l’Etat, des directions régionales de SNCF, sous la forme d’une convention multipartite. Nous définissons avec le territoire les pistes d’action et nous activons nos équipes et notre fonds de prêt participatif.

Vous êtes une banque donc ?

Oui nous sommes en quelques sortes la mini BPI de SNCF pour prêter, prendre des risques aux côtés des entrepreneurs capables de recréer des emplois. Ce ne sont pas toujours des cheminots, mais il peut y en avoir. Pour faire émerger les projets, on travaille avec tout le territoire, les chambres de commerce, les chambres des métiers, les associations, qu’on accompagne pour financer la création d’emplois.

Comment procédez-vous ?

Nous avons des équipes centrales au siège de SNCF Développement, pour la gestion de projet, finance d’entreprise ou la communication, issues de filiales du groupe. Nous avons également des cheminots, des cadres qui sont détachés dans les territoires et qui permettent de créer de la proximité, d’assurer le suivi et la chasse aux projets. Nous montons des équipes ad hoc avec des consultants dans un territoire donné et lorsque la mission est terminée, l’équipe évolue vers une autre mission ou réintègre la maison mère.

A quel moment intervenez-vous ?

A l’instar des autres sociétés de reconversion, nous sommes généralement sollicités lorsque les outils classiques, traditionnels ne permettent plus de sortir d’une situation difficile, complexe voire conflictuelle. Dans le cas d’une réorganisation, nous intervenons souvent en mode « pompiers ». Quand il y a un choc, cela mobilise des moyens, une énergie et notre force d’impact nous permet d’aider à reconstruire. Si parfois  le choc permet un rebond salutaire, une prise de conscience du territoire, SNCF reste attachée avec tous ses partenaires à favoriser des process de  mutations concertés et consensuels. Nous avons vocation à rester un outil « chirurgical ».

Quel genre d’activités soutenez-vous ?

Plus de 60% des 250 emplois que nous soutenons sont dans le domaine de l’industrie (façonnage, forge, plasturgie, recyclage …). Mais à partir du moment où le territoire se montre intéressé, nous intervenons également dans du soutien ou de la création de commerces, de services, voire d’artisanat. Nous prenons même des risques aux cotés de start-ups totalement innovantes, mais aussi d’entreprises de réinsertion.Il nous faut répondre à l’objectif des partenaires et équilibrer ensuite notre portefeuille de participations, donc nos risques. Tant que le projet reste en ligne avec les valeurs de SNCF, avec celles du territoire, et que nous croyons dans ses chances de pérenniser de l’emploi, on y va !

De quels fonds disposez-vous ?

SNCF Développement est doté d’un fonds de 3,5 millions d’euros. Notre métier n’est pas de faire fructifier cette somme, mais d’en assurer la pérennité, c’est un fonds de prêts participatifs sociétal. Au premier trimestre 2013, nous aurons engagé 2 millions d’euros, pour soutenir environ300 emplois.


Zoom

- Janvier 2011 : création de SNCF Développement

- 8 consultants chargés de mission, 4 pôles d’intervention : Entreprise et Finance, Etude et Formation, Ville et Territoire, Marketing et Communication

- 6 territoires d’intervention : Haute Marne, Lorraine, Maurienne, Nord Pas-de-Calais, Limousin, Ile de France

- 1 000 000 € de prêts distribués depuis 2011

- 31 PME / TPE financées

- 150 recréations d’emplois programmées

- 150 cheminots créateurs/repreneurs d’entreprise accompagnés dans leur projet

- Nouveaux projets au T1 2013 : 8 entreprises, 148 emplois, près de 1 000 000 € de financement prévisionnel.


> Contact presse

Pour plus de renseignements, contactez Caroline Collier, attachée de presse SNCF, au 01 53 25 62 52