Imprimer la page
Partager la page

Le mythe des Buffets de la gare

Publié le 31 mai 2013 à 12:35

Celui de la Gare d’Austerlitz a été démoli en 2012. D’autres, classés monuments historiques, ont été conservés. Mais partout, les Buffets de la gare, victimes de la modernité et du temps qui fait défaut à notre époque, ont disparu au fil des années. Retour sur un pan de l’histoire ferroviaire.


Le buffet de la gare c’était l’ailleurs, le brassage, l’échange. C’était déjà un voyage. D’ailleurs pour certains il s’arrêtait là. Comme les gérants qu’on appelait « les buffetiers » et qui vivaient souvent au-dessus du restaurant. Partout et longtemps les buffets ont su garder quelque chose de désuet et de confortable. C’était l’époque où les gares ne fermaient jamais, on pouvait y écrire et y rêver, y deviser comme lorsque Franz Bartelt, dans Petite éloge de la vie de tous les jours (Folio Gallimard), trouve éminemment de sympathie à deux compères qui discutent jusqu’à plus soif, dans un buffet de gare, sur le « cuit » et le « pas cuit ». Souvent, dans certaines villes de province, le buffet de la gare était le seul endroit où l’on pouvait trouver tard le soir de la cuisine parfois gastronomique. Les artistes s’y retrouvaient parfois après un concert ou un gala. Les anciens se souviennent y avoir vu Dalida mangeant un œuf sur le plat ou Fernand Raynaud dégustant une choucroute au milieu des autres clients qui souriaient en apercevant l’artiste. Et de s’être toujours étonnés du munster et du vin rouge demandés par Joséphine Baker ! Parmi d’autres, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, le Buffet de la gare d'Austerlitz (XIIIe) a été le témoin muet de ces scènes qui se répètent depuis des décennies. Le bâtiment, qui trônait au bout de la cour des Départs, a désormais disparu du paysage urbain, ainsi que bien d’autres. Il ne reste presque plus rien des anciens Buffets de la gare, hormis les plus historiques qui ont une valeur patrimoniale et dont on a préservé les décors avant de leur trouver une nouvelle affectation.

 

Buffet de la gare : Plus d'un an de chantier

St Quentin : Le buffet de la gare, un trésor