Imprimer la page
Partager la page

Pourquoi culture et train font bon ménage

Publié le 15 mai 2013 à 09:56

Interview : Directrice de la communication de Gares & Connexions, Caroline de Jessey participe au développement de la vie culturelle  dans les gares. La Gare est devenue un véritable lieu de vie, il est donc logique que l’Art s’invite dans le quotidien des voyageurs.


Pourquoi SNCF investit le champ de la culture ?

Caroline de Jessey : Les gares possèdent une tradition architecturale qui sublime l’art - je pense par exemple aux œuvres d’Arman à la gare Saint-Lazare, ou aux fresques d’Armand Langlois à Tours, parmi bien d’autres. D’ailleurs, certaines gares ou espaces en gare sont considérés comme de véritables ouvrages d'art. Les gares entretiennent une véritable relation avec l’art. Aujourd’hui les gares évoluent pour servir au mieux tous les usagers. L’art en gare prend donc un sens nouveau. Je pense qu’il a un incroyable potentiel, c’est une  fabrique d’émotions, il crée un nouveau temps de voyage.


Quel est pour vous ce «sens nouveau » que prend l’art en gare ?

Caroline de Jessey :  L’art ou la représentation artistique épouse parfaitement  la vie de la gare, il sait ravir le regard ou les sens, devient un formidable catalyseur de bien être. De plus, nous proposons aux artistes des espaces d’expression souvent très beaux et toujours très particuliers. Les gares leur offrent une visibilité sans commune mesure avec celle des musées et des galeries. Et auprès d’un public qui ne se rend pas forcément dans ces lieux d’art ! La gare incarne une expérience artistique inédite.


Dans ce contexte, comment est né le partenariat avec les FRAC ?

Caroline de Jessey : Après différentes expérimentations en 2011 et 2012 visant à installer en gare sur une période provisoire des œuvres d'artistes contemporains  (la 504 Luciole de Pierre Malphettes ou la Ville Nuage de Tomas Saraceno), nous cherchions un partenaire institutionnel qui puisse nous accompagner dans cette nouvelle dynamique à laquelle le public des gares avait adhéré.

Nous savions que les FRAC fêtaient leurs 30 ans, ce partenariat s’est donc  imposé de lui-même, fort de nos ADN respectifs et de nos liens aux régions. Nous partageons aussi  avec les Frac l’envie passionnante  de rapprocher l’art de tout un chacun, et si les Frac nous apportaient leur « soutien » artistique, nous pouvions de notre côté les mettre en contact direct avec  un vaste public, celui que l’on croise tous les jours dans les gares. Une diversité inégalable !


Comment s’est déroulé le travail de mise en place ?

Caroline de Jessey : Installer des œuvres d’art en gare est une mission difficile, particulièrement au regard des nombreuses contraintes de sécurité incendie propres aux gares en tant qu’établissements recevant du public. Toutes les œuvres ont fait l’objet d’une étude de faisabilité menée en lien avec les FRAC, et après ce diagnostic, nous avons pu identifier les créations qui pouvaient s’inscrire dans ce projet. Nous avons travaillé main dans la main avec les équipes en gare, l’agence Gares régionale concernée, la direction de la Sûreté SNCF, et tous les acteurs de la gare qui la font vivre au quotidien. Il a fallu des mois de travail pour être à même d’accueillir comme nous le voulions un nombre d’œuvres suffisamment important. C’est le défi qui nous avons relevé. Je suis heureuse de dire que cette mission a été accomplie. Une victoire collective !


Comment le public réagit-il aux manifestations culturelles ?

Caroline de Jessey : Nous remarquons qu’une exposition ou une animation culturelle  enchantent les voyageurs et les usagers. Leur temps en gare s’en trouve enrichi, plus relaxant et intéressant. Grâce à cette adhésion du public, nous avons  intensifié ces opérations, allant même jusqu’à faire participer et contribuer les clients de la Gare  à certaines performances : les exemples les plus récents auxquels je pense sont la réalisation avec Pascale Marthine Tayou de l’œuvre Plastic Bags en gare de Paris Saint-Lazare, ou encore la mise à disposition de pianos dans les gares. La musique offre un moment d’évasion et de douceur! Et nous donnons la possibilité aux voyageurs d’exprimer leurs ressentis, leurs émotions via l’Appli Art en Gare.


Pouvez-vous nous en dire plus?

Caroline de Jessey : Nous avons développé une application mobile pour smartphone, qui sera disponible dès le début de l’opération, c'est-à-dire d’ici fin mai.  Une innovation qui correspond à notre esprit de service public, proposer à chacun un moyen simple et ludique de découvrir l’intégralité des œuvres issues des collections des FRAC partenaires et exposées dans plus de 40 gares en France. De virtuel, l'accompagnement devient bien réel, puisque toutes les œuvres et tous les artistes y sont présentés comme dans une visite. Photos, vidéos, sculptures, installations, toute la fantastique variété  de ces œuvres est accessible, C'est  une invitation à un parcours créatif sur mesure, nomade, adapté aux affinités du visiteur. Il est aussi possible d’exprimer son regard, son sentiment de le partager. Afin de susciter la curiosité et de créer des liens nouveaux, un grand jeu  est à découvrir au cœur de cette application, l’occasion gagner de nombreux lots en fonction de points obtenus selon diverses actions à mener, notamment en donnant son avis ou en partageant avec ses amis les œuvres présentées.